Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2015 4 20 /08 /août /2015 21:21

En ce temps là, je chantais de temps en temps dans quelques lieux à Paris, en particulier à la Tanière, Rue de la Glacière. Tanière, Glacière : rien que des noms très sexy, et pourtant, les gens venaient m'écouter. J'avais une certaine notoriété, comme on dit. Un jour, Jacques, le responsable du lieu, me dit :

- Gérard, tu ne viendrais pas à Avignon l'été prochain ?

- Mais bien sûr, réponds-je, innocent.

- Hé bien tu commences le 3 juillet.

Et début juillet, voici que je quitte mon Finistère profond dans ma 504 break par une belle fin d'après midi. Il faisait très chaud, en tout cas pour les Monts d'Arrée : au moins 24°C. Je roule toute la nuit, excité par l'enjeu. C'est l'aube. J'ai presqu'atteint mon but. Je fais un somme dans la bagnole. Quand le jour se lève, il fait déjà 24°C: quasiment une maximale d'été du Centre Bretagne avant que le réchauffement climatique ait fait des siennes. Les grillons stridulent, les cigales s'envoient en l'air. J'entre dans la glorieuse cité des papes où sans aucun doute le public m'attend pour me faire une ovation. (Peut être d'ailleurs était-ce l'époque, très brève, où j'ai joué, sur une guitare de marque Ovation: jamais vu pire instrument. Le jour où elle s'est cassée accidentellement, je me suis réjoui !).

J'entre donc dans la ville millénaire, et personne ne m'applaudit, mais en vrai, je rigole, ha! ha! : je ne m'y attendais pas sérieusement. Et après un slalom dans les ruelles, je dégotte en fin la gargote qui devait voir mon triomphe. Il est 8 heures du mat'. Il fait 28°C. Jacques m'accueille, soulagé:

- Ouf, je ne t'attendais plus ! Tu commences ce matin.

- Comment ça ce matin? Je joue pas le soir ?

- Non, y a des concerts toute la journée. Toi c'est le matin. Tu as apporté des affiches ?

- Comment ça des affiches ? Mais d'habitude, tu ne m'en demandes pas.

- Mais c'est que d'habitude à la Tanière il y a une programmation à l'année. Là bas, les gens suivent. Ici, on est à Avignon : il faut bagarrer pour faire de l'info si tu veux avoir du monde.

- Ah bon...Tu aurais pu me prévenir...

- Tu as prévu une parade ?

- Une parade ? Qu'est ce que c'est ?

Il pouffe :

- Il faut que tu te fasses remarquer ! Dans la rue, faire du bruit, de la musique, faire un truc étonnant, pour faire venir le public.

- Ah bon...Tu aurais pu me prévenir...

- Et tu as prévu ton hébergement ?

- Quoi, c'est pas toi qui t'occupes de ça ?

- Mais non, moi je m'occupe de louer le lieu, c'est tout. Le reste, c'est à toi de le faire.

- Ah bon...Tu aurais pu me prévenir… Je vais voir.

Et illico, à 9 heures, ou peut être 10 heures, mes souvenirs sont flous sur l'horaire, je fais mon premier récital devant un public de deux personnes entrées par hasard. A 11 heures, il fait déjà 33°C, sale temps pour un Breton ! Je suis plus en sueur qu'une une éponge dans la rade de Brest.

Je n'ai pas d'affiches, pas de parade, pas de lieu où dormir. Mais keep cool Gérard, t'as une journée entière pour trouver des solutions. 

 

La suite dans un prochain numéro de votre blog préféré.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans vie d'artiste
commenter cet article

commentaires

*allantin* 24/08/2015 21:37

Gérard, ton blog devient "chaud" bouillant !
Et ton périple ressemble aux récits de Patrick
ps : il pleut toujours sur Eréac !

Gérard 25/08/2015 00:28

Rien que des compliments, alors !!!
Et peut être qu'Eréac veut concurrencer les Monts d'Arrée