Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2015 2 22 /12 /décembre /2015 08:40

La matraque ou la musique ?

 

Et si on vous donnait le choix entre d'un côté des bataillons de CRS ou, de l'autre, des orchestres symphoniques, fanfares, et autres groupes musicaux? Au Venezuela, depuis plusieurs dizaines d'années, une véritable politique antidélinquance est menée à travers la musique: donner les moyens aux enfants de milieux défavorisés d'acquérir un instrument, de le travailler, et de faire ainsi l'apprentissage de la vie en groupe, de la discipline, de la rigueur, se sentir utile au groupe et valorisé, c'est tout cela la philosophie de el Sistema (allez voir sur wikipedia les détails sur cette entreprise fantastique).

 

 

 

J'emprunte la réflexion suivante à Melaine Favennec, mon complice dans le Trio EDF : imaginez combien de jeunes représentent les d'orchestres, les groupes de musique, les bagadou, bagadigou, les troupes de danse, de théâtre, les ateliers d'art plastiques, et poussons jusqu'au sport, qui fait aussi partie de la culture, et pourquoi pas la cuisine, la mode... Sur ces dizaines, centaines de milliers de jeunes investis dans ces activités, combien auraient sinon dérivé vers la délinquance, légère au début, puis de plus en plus aigüe. Combien de milliers, de millions d'euros ont été économisés grâce à ces écoles de discipline, de créativité, de modération, de rigueur, que sont les groupes culturels sous toutes leurs formes. Je ne parle pas ici des grands centres culturels, « châteaux forts de la culture », comme le dit Yvon le Men, mais des villes petites et moyennes, et surtout des petites communes rurales et des quartiers pauvres des banlieues. Tiens, c'est souvent là qu'on vote FN. Coïncidence.

 

 

 

 

C'est pourquoi je suggère de passer à la vitesse supérieure, de créer un Systemig, en suivant l'exemple d'El Systema, au Venezuela, que la Région investisse en masse dans l'achat d'instruments de musique, dans des cours, des écoles, afin que l'argent serve, non pas à corriger par la répression les erreurs de parcours, mais à les éviter par l'éducation. Voilà une grande cause qui a de quoi enthousiasmer, et qui aurait le mérite de créer des emplois de professeurs, d'enseignants, d'animateurs, plutôt que de gardiens de prisons.

 

Un euro pour la sécurité = un euro pour la culture.

 

Mr Matteo Renzi , premier ministre italien a récemment déclaré : «La pensée de l’Italie, qui résonne fortement à travers l’Europe et le monde, est la suivante: pour chaque euro supplémentaire investi dans la sécurité, il faut un euro de plus investi dans la culture». Je voudrais suggérer à Monsieur Le Drian cette répartition des budgets. Et tiens, pourquoi ne passerait il pas le mot à Madame Fleur Pellerin et Monsieur Cazeneuve, qui pourraient faire une chouette équipe  ?

 

 

Suggestion au passage: vous pouvez vous abonner à ce blog, qui parle de chanson et de musique, mais pas que. 

Il vous suffit d'inscrire votre adresse mail, ici à droite,

dans la petite case rectangulaire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de gueule
commenter cet article

commentaires