Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 16:32

Jurer sous serment, ce n'est pas rien : c'est mettre en jeu le pacte social qui fait qu'une parole a un sens, un poids, une valeur. Donner sa parole dans ce termes solennels, c'est mettre en jeu la profondeur de son âme, son lien avec la communauté. Dans les relations personnelles, ça peut être un cas de déception, de divorce, de brouille définitive.

 

Devant un tribunal, c'est un faux témoignage. La punition peut être sévère. La confiance est perdue.

 

 

Quand je serai grand, je serai casseur

Mais si tu es Frédéric Oudéa, directeur général de la Société Générale, et que tu jures sous serment que ta banque n'est plus active dans les paradis fiscaux au moment même où tu as encore, non pas une ou deux ou trois, mais 415, quatre cent quinze ! filiales en activité, qui blanchissent à qui mieux mieux, et détournent par milliards l'argent du pays, alors là, pas de problème : trois ans plus tard, tu seras absout, pardonné, blanchi. Aucune peine, juste une petite tape sur le derrière : « allons, la prochaine fois tu feras attention, mon garçon ! ».

 

Y a des jours où je serais bien casseur...

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de gueule
commenter cet article

commentaires