Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 21:53

Puisque je viens de parler d'Age tendre et Tête de bois...Je me souviens parfaitement du premier 45 tours que j'ai acheté. J'avais entendu à la radio : « C'est à l'amour auquel je pense » Quizz : c'est qui ? On triche pas ! Réponse : Françoise Hardy ! Coup au plexus, au cœur, à l'entrejambe, coup de masse, désir inexprimé et même jusque là inexistant, sauf vague mélancolie boutonneuse. J'avais treize ou quatorze ans, et le son de la guitare électrique avait réveillé des créatures magiques endormies dans la boue. Je n'avais encore jamais acheté de disque. J'écoutais ceux de mes parents ou de ma soeur aînée. Deux jours d'hésitation. J'enfile la veste, les godasses, je prends le bus, cours chez le disquaire : Disco, Rue Jean Jaurès. Il l'avait ! Je reviens en courant, je le pose sur le Teppaz, et j'écoute Françoise. Je ronge mon trésor à petits coups de dents.


La voix de Françoise me caresse et me donne des frissons, un peu d'écho, la guitare un peu Shadows avec sa réverb, la basse primaire, mais justement : facile à situer. Et le pont, avec sa modul...Bref, une vraie réussite de petite chanson romantique pour ados. Et tant pis s'il y a une faute de français, ou du moins une maladresse stylistique... On ne fait pas la fine bouche quand l'émotion déborde.

 

 

 


J'essaie toujours de revenir à cet instant quand un titre déclenche un séisme chez les jeunes, et que je ne comprends pas : Raphaël, il y a quelques temps ou tel groupe d'ados qui me semblent tous pareils, mais non, Gérard ! Ils déclenchent les mêmes torrents de la même lave incandescente que pour toi ce jour là.


Il y a néanmoins une différence, peut-être : c'est l'immédiateté de l'accomplissement. « Le meilleur moment de l'amour, c'est quand on monte l'escalier » disait, paraît il, Clémenceau. C'est un peu pareil pour une chanson, un album. On l'entend à la radio, et il faut se donner un peu de peine pour retrouver sa trace, le titre, l'interprète...Souvent, mais pas toujours, le coup de foudre est bref, et on va se lasser. Mais il y aura eu cette quête, cette recherche, ce désir qui brûle, qui grandit avec l'obstacle. Et parfois l'émotion demeure, et se renouvelle à chaque écoute. Mystère d'une voix, d'une mélodie, d'un son de guitare...Grimper dans l'arbre pour cueillir le fruit, au risque de se casser la binette, comme je disais avant d'apprendre à dire des gros mots.


« Deezer » est presque l'inverse phonétique de « Désir ». Tout, tout de suite. Et je jette. Je compense par la quantité, je passe de l'un à l'autre. Je suis aussi un adepte du plus grand juke-box planétaire, mais souvent je regrette mes désirs perdus. Un truc de vieux, sans aucun doute ! Allez, je vous y envoie quand même pour l'écouter : « C'est à l'amour auquel je pense ». Vas-y Françoise ! Tout en douceur...Je revois mes 14 ans qui cachaient leur douceur sous les ongles rongés.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Une chanson
commenter cet article

commentaires

soazic 15/08/2010 23:17


Moi,dans mon jeune temps(les années 70!!),c'est une chanson de Graeme Allwright,que j'adorais(et tout le reste de l'album,d'ailleurs):"Petit Garçon".Quand on était avec les cousins,on chantait à
s'égosiller "Tes yeux se vooooileeuu/écoute les étoooooileeeuuu..." Je l'ai retrouvée sur le web:l'émotion est exactement la même!


Gérard DELAHAYE 15/08/2010 23:31



Belle chanson !



Jean Théfaine 13/01/2010 09:48


Hou la la! Craquant. Tous les garçons et les filles de mon âge ont connu ce même choc au cœur que tu racontes si bien, cher Gérard. Mon premier 45 tours à moi, c'était "La chanson des blés d'or"
par Armand Mestral! C'est dire si ça ne nous rajeunit pas. Moi en particulier, qui a quelques longueurs d'avance (?) sur toi.


Gérard DELAHAYE 13/01/2010 20:27


Ah oui, ma maman chantait ça ! Ou alors je confonds avec mon grand père qui chantait "fleur de blé noir" (Botrel !) ? Je vais me renseigner, sur...Deezer pour commencer!


lyli 13/01/2010 08:17


oui,oui, je confirme l'émotion qui dégouline à entendre les vieux tubes de l'époque Yéyé...J'en parle assez souvent sur mon blog,
http://www.libidosexualite.com// merci Gérard


Gérard DELAHAYE 13/01/2010 08:58


Je ne sais pas si ce sont les vieux tubes ou l'adolescence, et les souvenirs de l'adolescence. C'est la puissance de la chanson, Monsieur Proust ! Elle vaut votre madeleine tous les jours !