Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 08:06

Abonnez vous au chanteur public pour 3 € par mois !


Ce n'est pas parce que je le connais très bien que je vais me priver de vous parler ce cette très bonne idée qu'a eue (notez l'accord du participe passé ! ouais !) Elie Guillou avec "Le Chanteur Public"! 


paris brest

 

Aujourd'hui, le marché du disque est en pleine déconfiture. Un album à petit budget comme Kan Tri Men (il sort bientôt, mais la souscription est close, sorry !) coûte entre 25 et 30.000 €, aussi cher, sinon plus, qu'il y a dix ans, et on en vend 2 ou 3 fois moins. Mais se passer d'un album, est ce possible? Non ! c'est la carte de visite, c'est une façon de passer une étape, pour le public, comme pour l'artiste. Economiquement, c'est une opération blanche, ça ne rapporte rien, à notre échelle en tout cas, rien que (on l'espère) de quoi faire un autre album ensuite, ce qui n'est déjà pas si mal : on se console comme on peut !  


visuel ppal recto PETIT


C'est vrai, argent et musique c'est un sujet qui me turlupine sérieux. Sans doute parce que dès mes débuts à l'orée des années 70, je me suis confronté à cette question à travers l'expérience de Névénoé (le lien vous amènera à ce que j'ai écrit précédemment sur cette petite aventure musicale, bretonne, amicale, et utopiste) : on était de façon tripale contre cette société de l'argent, et on voulait trouver des solutions différentes...On voit aujourd'hui comment notre génération s'en est sortie : c'est encore pire qu'avant ! 


Chez Névénoé (ce lien mène vers le deuxième épisode), à force de ne pas prendre en compte les impératifs économiques, on a fini par mettre la clé sous la porte et chacun est parti de son côté. Pas fâchés, mais un peu déçus : ça nous a servi de leçon pour la suite. 


Un artiste quel qu'il soit est toujours en déséquilibre entre le désir de "création pure" (je mets exprès des guillemets pour le deuxième degré) et la nécessité de vivre de cette création qui ramène au casse croûte. 


Je zappe le débat sur le piratage. Ceux qui copient trouvent ça tellement évident que ça en devient irrationnel. D'ailleurs, on ne se pose même plus la question, on copie, et on trouve ça normal. Mais sans argent, les gars, pas de musique, ou juste des millions d'amateurs qui échangent les produits de leur hobby sur Myspace et vont chanter et jouer gratos dans des milliers de bistrots pour des gens qui s'en fichent.. Actuellement, des tas de solutions sont inventées pour irriguer l'économie musicale : MymajorCompany, par exemple, qui est un genre de souscription géante autour d'un artiste, et bien d'autres. 


Elie Guillou, lui, invente carrément un nouveau concept, qui dépasse la chanson et s'ouvre à la création de l'artiste en général : vous vous abonnez à l'artiste, à son flux de créativité, vous lui faites confiance, et en échange vous recevez non seulement des albums, mais aussi des chansons personnalisées si vous le souhaitez, des concerts à la maison, le suivi de ses aventures mutiples, etc. Allez visiter le site qui vient d'ouvrir, il l'explique en long et en large, et en plus, le site est très agréable à l'oeil. 


 


 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Le métier de chanteur
commenter cet article

commentaires

Magda des Ateliers l'enVol 14/09/2011 23:56


C'est du bonheur de voir et entendre un jeune homme plein de créativité et d'initiatives ...On se dit que son enfance a du être plutôt chouette... :-)) Bel envol à lui !!!


Gérard DELAHAYE 16/09/2011 21:33



Je lui transmets. Il s'envolera si vous lui donnez un coup de main !