Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 07:09

"Le journalisme consiste à publier ce que d’autres ne voudraient pas voir publié : tout le reste n’est que relations publiques".

 

George Orwell

 

Une pétition circule contre une directive européenne sur le secret des affaires. Cette directive donnerait tous pouvoirs aux entreprises pour décider de ce qui regarde ou non le public parmi leurs activités. 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans La phrase du jour
commenter cet article
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 21:41

Mon coup de coeur du moment

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de coeur
commenter cet article
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 07:25

" Ne dites rien, mais surtout...dites le bien. "

Version alternative : " disez rien mais bien. "

 

                                                                    Gérard Delahaye

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans La phrase du jour
commenter cet article
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 11:35
Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Une chanson
commenter cet article
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 07:20

On me demande très régulièrement les paroles de la chanson "Voilà les pirates" (qui, je vous le confie au passage, approche tranquillement des 250.000 vues sur Youtube, - nombre de vues en avril 2017-).
 

Pour obtenir la bande orchestre (playback) de la chanson "Voilà les pirates", écrivez à :

dylie@wanadoo.fr

Au passage, je vous signale la sortie récente (avril 2017 aussi) de l'album "Hip hip hip... pirates !" où vous retrouverez cette chanson, accompagnée d'une bonne douzaine d'autres, toutes consacrées à la mer et... aux pirates.

 

Alors pour répondre à tous les marins d'eau douce qui souhaitent s'encanailler, voici les paroles :

"Voilà les pirates" paroles

VOILA LES PIRATES

Paroles et musique : Gérard Guillou-Delahaye

Editions Dylie - tous droits réservés

 

Pavillon noir et tête de mort

Voilà les pirates !

Pavillon noir et tête de mort

Voilà les pirates qu' arrivent dans le port

 

Ils sont cruels ils sont méchants

Et sous les ongles ils ont du sang

C'est le sang des petits enfants

Ils aiment les coups et la bataille

Quand ils s' battent ils font pas d' détail :

D'abord on tue après on parle !

 

Au refrain

 

Y a leur chef qui s'appelle Chico

Couvert de balafres et de coups d' couteaux

Sur son œil il a un bandeau

Ils boivent du rhum dans un tonneau

Et quand un prisonnier tombe à l'eau

Y a tout l'équipage qui crie « bravo!!!! »

 

Au refrain

 

J'ai pas peur maman

Moi j' viens juste d'avoir douze ans

J' suis plus un petit enfant

J' veux partir sur l'océan,

Moi ils m' font pas peur

J' veux juste aller voir ailleurs

Si la mer a la même couleur

Avec les pirates

 

Pavillon noir et tête de mort

Voilà les pirates !

Pavillon noir et tête de mort

Voilà les pirates qu' ont quitté le port

 

 

Sa mère ne l'a jamais revu

Juste une photo dans une revue

Le jour où il a été pendu

Sa mère ne l'a jamais revu

Juste une photo dans une revue

Le jour où il a été pendu

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans une chanson
commenter cet article
16 mai 2015 6 16 /05 /mai /2015 06:00

La (ou le?) gadulka : vous connaissiez? Pas moi. C'est un petit violon bulgare, que j'ai vu jouer avec brio et sensibilité par Pauline Willerval.pour la première fois mercredi à l'Antipode mercredi dernier, au concert de "restitution de résidence" de la Kreiz Breizh Akademi. Toujours aussi intéressant, ce groupe qui évolue à chaque promotion, et cette fois, il est centré autour des cordes frottées (violons, violoncelles, contrebasse, vielle à roue et...gadulka).

Gadulka
Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de coeur
commenter cet article
15 mai 2015 5 15 /05 /mai /2015 07:29

Je reprends dans le Monde le "papier de verre ", billet du jour d'Hervé le Tellier, toujours très inspiré entre humour qui gratte et actualité :

" Fox News, qui diffuse le martyre d'un pilote jordanien brûlé vif par l'EI, floute les seins des Femmes d'Alger de Picasso qui s'est vendu à 179 millions d'euros. Il est vrai que c'est indécent."

Les seins et la torture : où est la décence ?
Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de gueule
commenter cet article
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 06:48

 

Ce matin, je vous suggère, sauf votre respect, de vous arrêter une dizaine de minutes. Oui, c'est très long ! mais c'est le temps de lire et relire ce texte, à la fois si simple et si mystérieux, tout le temps que dure cette cantate de Bach, "Schlummert ihr matten Augen", une vraie merveille. Aussi limpide, douce et ample que ce poème, si profondément ancré en Bretagne par ses images. Lisez le, relisez le, et encore, comme on tourne et retourne un coquillage nacré, pour découvrir des reflets cachés au premier regard. 

 

J'ai enfin réussi à intégrer la musique que je souhaitais. Sans cesse, elle semble s'arrêter, et recommence toujours, comme un sommeil qui vient et repart. Au passage, je note qu'il est plus facile de mettre en ligne une vidéo qu'une musique. C'est curieux. Mais j'en ai choisi une version qui a le mérite de ne pas proposer d'images, laissant la place au son. 

 

 

Suppose

Que je vienne et te verse

Un peu d'eau dans la main

Et que je te demande

De la laisser couler

Goutte à goutte

Dans ma bouche

 

Suppose

Que la vague et le sable

Jurent de te dissoudre

Et que je te demande

De m'étreindre à ce point

Qu'on ne puisse te prendre

Et me laisser un corps

 

Suppose

Que je me laisse un jour

Marcher sur l'océan

Et que je te demande

De m'appeler pour voir

Si ton cri peut changer

Mes rapports avec l'eau

 

Suppose

Que pour moi l'étendue

Soit de l'ordre du cri

Et que je te demande

De ramener son règne

À la plainte habitant

le creux des coquillages

 

Suppose

Qu'un oiseau dans l'hiver

Chante comme on triomphe

Et que je te demande

D'accompagner la plaine,

De façon qu'elle aborde

Au niveau de ce chant

 

Suppose

Que le vol d'un oiseau

Nous invite au voyage

Et que je te demande

De nous blottir en lui

Pour avec lui voler

A travers la pénombre

 

Suppose

Que la mer ait envie

De nous voir de plus près

Et que je te demande

D'aller lui répéter

Que nous ne pouvons pas

L'empêcher d'être seule

 

Suppose

Que près de nous la mer

Se mette à grommeler

Et que je te demande

De n'avoir d'autre peur

Que celle que nous donne

Son silence étranglé

 

Suppose

Qu'il n'y ait que le vent

À rencontrer sur terre

Et que je te demande

De souffler à sa place

Et d'agir avec moi

Comme avec un trois-mâts

 

Eugène Guillevic (1907 - 1997)

 

Et je ne le dis jamais par haine de la publimendicité, mais...vous pouvez vous abonner à ce blog. 

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Coup de coeur
commenter cet article
22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 20:15

Cette fois, la phrase du jour est tombée de la bouche d'Henri Guaino, conseiller de NIcolas Sarkozy, à propos du sens du mot "républicain", qui serait le nom nouveau de la vieille UMP.

 

"Les députés UMP qui ont voté pour ratifier la Charte européenne des Langues Régionales ou Minoritaires ne sont pas républicains. Mais chacun s'arrange comme il veut avec sa conscience."

 

Bravo Henri ! Bravi, Henro ! Les Bretons, Basques et autres qui demandent la reconnaissance de leur langue et de leur culture ne sont donc pas non plus républicains.  Voilà donc un mot qui nous promet de belles empoignades !

 

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans La phrase du jour
commenter cet article
21 avril 2015 2 21 /04 /avril /2015 07:21

Ce bon vieux copain, hop, disparu... J'ai chanté sur lui, dansé sur lui, et un jour j'ai découvert "Five hundred miles" par Peter Paul and Mary. Sa cote a chuté d'un coup. Je suis alors passé par la case "folk" et tradition, et ça a changé ma façon d'envisager la musique et la chanson. Mais j'ai quand même une tristesse au fond du coeur.  Bye, Richard !

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans une chanson (17)
commenter cet article