Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 07:21

En cette époque de Mondial de foot, "Chair à Ballons" ce n'est pas seulement une chanson du Trio EDF ("Chair à canons" sur l'album Kan Tri Men). Des centaines de jeunes Africains se retrouvent abandonnés après avoir été envoyés en France, parfois avec la complicité financière de la famille, avec l'espoir de devenir des stars du ballon rond. "le foot est le concurrent de l'école". Le soleil ne se couche jamais sur l'Empire Football. C'est la traite des noirs version foot et version XXIème siècle.

Sur France Culture cette semaine, une série sur l'économie du foot, à écouter à 17h ou podcaster dans l'émission "Sur les Docks". Quelques histoires de réussite et de nombreuses histoires de dérives et d'échecs.

 

 

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE
commenter cet article
31 mai 2014 6 31 /05 /mai /2014 07:31

Je ne la connaissais pas. Elle vient de disparaître. Mais ses poèmes restent!


Still I rise

You may write me down in history
With your bitter, twisted lies,
You may tread me in the very dirt
But still, like dust, I'll rise.

Does my sassiness upset you?
Why are you beset with gloom?
'Cause I walk like I've got oil wells
Pumping in my living room.

Just like moons and like suns,
With the certainty of tides,
Just like hopes springing high,
Still I'll rise.

Did you want to see me broken?
Bowed head and lowered eyes?
Shoulders falling down like teardrops.
Weakened by my soulful cries.

Does my haughtiness offend you?
Don't you take it awful hard
'Cause I laugh like I've got gold mines
Diggin' in my own back yard.

You may shoot me with your words,
You may cut me with your eyes,
You may kill me with your hatefulness,
But still, like air, I'll rise.

Does my sexiness upset you?
Does it come as a surprise
That I dance like I've got diamonds
At the meeting of my thighs?

Out of the huts of history's shame
I rise
Up from a past that's rooted in pain
I rise
I'm a black ocean, leaping and wide,
Welling and swelling I bear in the tide.
Leaving behind nights of terror and fear
I rise
Into a daybreak that's wondrously clear
I rise
Bringing the gifts that my ancestors gave,
I am the dream and the hope of the slave.
I rise
I rise
I rise.

En voici la traduction proposée par Patrick Mathelié-Guinlet :

“JE ME RELÈVE TOUJOURS.”

Vous aurez beau me rabaisser
Dans votre Histoire tissée de mensonges tordus et amers.
Vous aurez beau dans la boue me traîner.
Cependant, comme la poussière, toujours je me relèverai.

Est-ce mon toupet qui vous met en colère ?
Pourquoi par la tristesse êtes-vous submergés ?
Serait-ce parce que je marche comme s’il y avait
Des puits de pétrole dans mon salon ?

Comme la lune et le soleil,
Avec la certitude des marées,
Pareille à l’espoir qui plus fort renaît,
Toujours je me relèverai.

Auriez-vous souhaité me voir brisée,
La tête courbée, les yeux baissés,
Les épaules qui tombent comme des larmes,
Affaiblie par des sanglots remplis d’émotion ?

Est-ce ma hauteur qui vous déplaît ?
Et prenez-vous si mal le fait
Que je rie comme s’il y avait des mines d’or
Dans le sous-sol de mon arrière-cour ?

Vous aurez beau de vos mots me fusiller,
Vous aurez beau avec vos yeux me poignarder,
Vous aurez beau de votre haine m’assassiner,
Mais, semblable à l’air, toujours je me relèverai.

Est-ce mon sex-appeal qui vous offense?
Cela vous paraît-il si surprenant
Que, comme si j’avais un diamant
Entre les cuisses, je danse ?

Sortant des huttes honteuses de l’Histoire,
Je me lève.
Issue d’un passé enraciné dans la souffrance,
Je me lève.
Immense qui déborde, je suis l’océan noir
Dont la marée déferle et s’enfle.

Laissant les nuits de terreur loin derrière,
Je me lève.
Comme une aube merveilleusement claire,
Je me lève.
Apportant les cadeaux qu’ont donnés mes ancêtres,
Pour l’esclave, je suis un rêve d’espoir.
Je me lève.

Je me lève,
Je me lève.

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de coeur
commenter cet article
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 06:50

L'Europe fait n'importe quoi. Tous des pourris.

                C'est pour ça qu'on s'en fout, et qu'on ne vote pas!

L'Europe est à droite. Dirigée par une majorité de droite.

                C'est pour ça qu'on s'en fout, et qu'on ne vote pas!

En Ukraine, des bureaux de vote dont interdits par les kalachnikov.

                 C'est pour ça qu'on s'en fout, et qu'on ne vote pas!

Dans toutes les dictatures du monde, on supprime le vote des citoyens.

                C'est pour ça qu'on s'en fout, et qu'on ne vote pas!

On en bave, on en chie, rien ne va comme on veut

                C'est pour ça qu'on s'en fout, et qu'on ne vote pas!

On râle, on se plaint, nos dirigeants sont des bœufs

                C'est pour ça qu'on s'en fout, et qu'on ne vote pas!

Depuis 1945, on aurait dû avoir une guerre ou deux.

                C'est pour ça qu'on s'en fout, et qu'on ne vote pas!

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de gueule
commenter cet article
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 07:53

Question complexe, dont j'ai souvent parlé ici. Et miracle, dans le tableau ci-dessous vous avez la réponse. On le savait, Bruce Springsteen est autour d'un million de $. Mais on en apprend bien d'autres! Ce que je ne comprends pas, c'est l'absence de Gérard Delahaye ou du Trio EDF dans ce panorama pourtant assez complet (qui ne comprend que les tarifs au dessus de 100.000$). Mais la merveille, c'est que vous pouvez vous en payer une tranche en souscrivant dès maintenant au prochain album des trois lurons. Il suffit de cliquer ici pour aller quérir le bulletin.

Combien vaut un artiste?
Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans talent et succès
commenter cet article
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 07:39

Ça y est enfin! le prochain album du Trio Ewen Delahaye Favennec est suffisamment avancé pour qu'on puisse vous garantir qu'il sortira début octobre. C'est le moment où un coup de main de votre part serait bienvenu...C'est pourquoi nous vous proposons de l'acheter dès maintenant, (c'est à dire...nous faire confiance!) et ainsi vous le recevrez avant tout le monde en septembre, avant même sa sortie en magasins. Faites passer l'info!

 

Le titre, allez on vous le confie, mais ne le répétez pas, c'est encore secret: "Route 66", tout un programme...

 

En cliquant sur l'image ci dessous vous pouvez l'afficher en grand et l'imprimer.

Un nouvel album du Trio EDF!
Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE
commenter cet article
20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 12:19

Certains en ont trop, d'autres rêvent d'en obtenir un seul qui leur sauverait la vie...Petit hommage au passage : ce style de vidéo va rappeler quelque chose (en plus modeste et moins énervé, mais...en couleurs!) aux fans de Bob.

 

Et les spectateurs les plus observateurs remarqueront le recyclage subtil de papiers obsolètes.

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans une chanson (17)
commenter cet article
20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 10:09

Une chanson ironique et mélancolique sur l'avalanche de paperasserie que nous subissons au cours de notre vie. Vive la civilisation! nous croulons sous les autorisations, les attestations, les preuves d'identité. Pendant ce temps, d'autres moins chanceux courent après un petit feuillet qui leur permettra de survivre.

Repost 0
Published by GerardDelahaye
commenter cet article
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 09:20
Emotion au Lavomatic Tour

C'était hier, 1er mai, 1er jeudi du mois, donc retrouvailles mensuelles au Lavomatic Tour, dalle Kennedy à Rennes.

 

Ambiance: grise et pluvieuse. Rues désertes. Pas un chat. Métro en congé. Mais dans la laverie, ça chauffe! buée sur les vitres, on n'y voit rien de dehors, ou presque. A l'intérieur: une quarantaine de pékins et pékines, venus qui par habitude, qui par OVS, qui par bouche à oreille. Ça chante, ça joue. et comme je pousse de temps à autre moi aussi ma chansonnette, j'en chante une. Une jeune fille entre, et au bout d'un moment, stupéfaite, elle dit:

 

- "Je marchais dans la rue, rue déserte, pas un chat, et tout à coup j'entends une voix. Mais cette voix! elle me rappelle mon enfance, un chanteur que j'écoutais quand j'étais petite. Alors je suis entrée.  Et je ne sais même pas votre nom, mais je sais que c'est un morceau de ma vie d'avant (je brode à peine). alors, est ce que je pourrais vous demander une chanson spéciale?".

 

En fait, elle ne se souvient pas d'une chanson en particulier, je lui chante, ou plutôt, nous lui chantons "Chanson de toutes les couleurs", chanson participative, s'il en est. Elle a les yeux rouges. Elle est émue. Et moi aussi.

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Emotion
commenter cet article
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 08:00

Il paraît que l'on a demandé à Nolwenn Leroy de chanter le "Bro Gozh" samedi 3 mai au Stade de France, pour le match qui opposera Rennes et Guingamp en finale de la Coupe de France. Des voix s'élèvent pour protester. Je réédite cet article écrit il y a trois ans, les arguments n'ont pas changé.

nolwenn-leroy-bretonne-livret-digital-109955546La polémique fait rage dans les bistrots, sur Facebook et autres forums : Nolwenn Leroy peut-elle ainsi s'afficher « Bretonne » et s'emparer de nos musiques, de notre identité, pour se les approprier de façon si impertinente ? Au secours, on nous vole, on nous détrousse, on vide notre bourse de nos «Tri Martolod» et de nos «Juments de Michao» et même le «Bro gozh» ! ! Non ! mille fois non ! disent les intègres, intégristes peut être. Oui ! mille fois oui ! répondent les autres, trop contents qu'un nouveau succès en breton occupe les ondes.

 

Pas facile d'y voir clair. D'autant que moi même, pas si Breton acharné que ça, j'ai été un tantinet vexé de prime abord (voire un peu jaloux?) comme si elle me volait quelque chose. « Ma » vision de la Bretagne allait être déformée, pervertie, etc. Réaction épidermique qui m'a interpellé, sur mon, sur notre identité de Breton. Depuis j'ai réfléchi, discuté...

 

Même les pires opposants devront reconnaître que l'album est très bien réalisé, que Nolwenn est charmante, qu'elle chante bien, très bien même, et que si ce n'est pas hyper typé, et peut-être d'ailleurs pour cette raison, son album n'est pas réservé aux happy few. Ce n'est pas si souvent que du breton est entendu sur les radios et les télés. Ces disputes, celui qu'on appelle le « grand public » (c'est qui donc?) s'en fiche bien, il retrouve des accents de Bretagne qui suffisent amplement à nourrir ses nostalgies ou ses rêves « celtes » (c'est quoi?). Y aurait-il une loi écrite ou non écrite, qui permettrait à certains d'utiliser le répertoire, et à d'autres non ? Les purs et les impurs ? Y a t-il une frontière quelque part entre la bonne, la moyenne, la mauvaise interprétation ? Le public est juge.

 

 

nolwenn-leroy.jpg Je ne suis pas fan de la Star Ac, loin s'en faut. Le parcours qu'on y propose aux jeunes sous le masque des paillettes y est piégé, douloureux, complexe, plein d'embûches et de chausse trappes. J'avais écrit dans Arthur un petit texte où je les comparais à des gladiateurs répondant à notre besoin de chair fraîche.  Le radio crochet géant consacre un certain type de chanteurs et de chanteuses. C'est vrai, la question est : sont-ils artistes ? En tout cas, Nolwenn s'en est sortie avec les honneurs. Elle y a gagné un capital de célébrité. Elle a décidé, pure naïveté ou pur opportunisme ou cynisme, mais je penche plutôt pour la fraîcheur, de plonger dans ce répertoire et de mettre son nom au service de la Bretagne... Et aussi la Bretagne au service de son nom, c'est vrai, mais ce service marche toujours dans les deux sens. Le pari n'était pas si évident. La suite nous dira si elle persiste, si elle a les ressources créatives pour aller plus loin ou si ce n'était qu'une tocade. Pas mal de musiciens, j'en suis sûr, sont en train de maugréer sur ce succès : « c'est pas juste ! ». Mais qui sait si elle ne va pas être à l'origine d'une troisième vague bretonne, qui ferait du bien à tout le monde ? Les centaines de musiciens de Bretagne qui ont dû arrêter la musique depuis cinq ans parce que la vague est retombée et qui ont dû reprendre, comme disent les gens, « un vrai boulot » pour vivre, lui en seront peut être reconnaissants dans un an ou deux. Qui peut jurer du contraire ?

 

Il faut des locomotives pour tirer les wagons. Chacun est libre de chanter à sa façon «Tri Martolod» et «La Jument de Michao» : c'est un bien public ! Il appartient aussi à Nolwenn Leroy ... Celui ou celle qui le reprend ne le vole à personne et le donne à tout le monde !

 

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans humeur !
commenter cet article
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 06:59

Chanson inédite, et toute récente. Si vous cherchez bien, vous trouverez même la date. S'il fallait en faire un album, je ne pourrais pas m'empêcher de tout refaire depuis le début, because il y a quelques imperfections. Mais en échange, elle a la fraîcheur d'un titre enregistré en deux ou trois heures. Alors je vous laisse suivre le chemin de cette chanson à partir de ces photos...Si quelqu'un veut s'en emparer et la chanter, c'est ouvert!

( Paroles et musique: Gérard Delahaye)

Oui, le texte chanté ne correspond pas tout à fait au texte écrit. C'est la liberté de l'artisse! il a écrit un truc, il en a chanté un autre. Entre les deux, une ou deux semaines et quelques cogitations...

 

Laissez moi des commentaires, j'aurai moins l'impression de chanter dans le désert! Et promis, je répondrai.

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Une chanson
commenter cet article