Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 10:58

On nous bourre le mou avec la dette ! Il faut privatiser, il faut austériser, il faut opérer, cautériser, couper, économiser, trouver de la laine nouvelle pour se couvrir, et où ? De préférence sur le dos des petits moutons que nous sommes tous.

Mais si vous regardez les 10' de cette vidéo, vous comprendrez que la dette est irremboursable dans les actuelles règles du jeu économique:  elle ne peut que croître à l'infini, et qui en profite? Les banques privées. Tiens, quelle surprise !!!

 

 

Merci Mr Quelque Minutes !

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans humeur !
commenter cet article
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 07:57

Levée en masse

 

Ne serait-ce qu’une fois, si tu parlas de liberté,

Tes lèvres, pour l’avoir connue, en ont gardé le goût du sel,

Je t’en prie,

Par tous les mots qui ont approché l’espoir et qui tressaillent, 

Sois celui qui marche sur la mer.

Donne-nous l’orage de demain.

 Les hommes meurent sans connaître la joie.

Les pierres au gré des routes attendent la lévitation.

Si le bonheur n’est pas au monde nous partirons à sa rencontre.

Nous avons pour l’apprivoiser les merveilleux manteaux de l’incendie.

Si ta vie s’endort,

risque-la.

 

Ce poème de Jean Malrieu, que m'avait fait connaître Yvon le Men, m'est revenu en début de semaine : il y a un petit restau (très bien, le restau) à Vitré : La Botte Dorée. Sur le mur, un joli cadre avec ce texte, mais...les dernière lignes étaient modifiées : "Nous avons pour l'apprivoiser les rêves de toute une vie"...Dommage ! et encore plus dommage, la dernière phrase était absente.

 

S'il n'était pas mort en 1976, Jean Malrieu aurait pu le dédier aux indignés de tout poil qui fleurissent sur la planète. Mais en réalité, il s'adresse à nous tous. Chaque vers mérite qu'on s'y arrête quelques secondes pour le faire résonner. 

 

Je l'ai enregistré en 1977 sur l'album "Le Printemps", avec une musique de Melaine Favennec.  

 

 

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans rencontres
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 10:00

Yaouank, (ça veut dire "jeune") pour ceux qui ne sont pas familiers de la Bretagne, c'est LE festival de la jeune création bretonne. Parti d'une seule journée il y a quelques années, il dure maintenant deux semaines, mais le point fort est resté le même : un fest noz géant qui a lieu maintenant au Musik Hall, c'est à dire au Parc des Expositions de Rennes. Cette soirée, ou plutôt cette nuit, car ça commence à 17h pour se terminer aux aurores (mais pas pour un vieux comme moi !) est centrée sur la danse, et je peux vous garantir le grand frisson quand vous contemplez depuis les gradins cette foule de plusieurs milliers de danseurs qui palpite comme un grand coeur qui bat : c'est magnifique et très émouvant. Et sur scène se succèdent les  musiciens, du couple de sonneurs jusqu'à des formations de bagad, en passant par les groupes "classiques" : violon, accordéon, flûte, etc, dont le point commun est l'éternel guitariste DADGAD (j'y reviendrai...). Ça danse avec l'énergie de la jeunesse, ça pousse des hourrah! des oh! et des ah ! c'est un bonheur !

 

 

Et hier, mon grand moment d'enthousiasme fut pour la Kevrenn Alre (Bagad et cercle celtique d'Auray) qui fête cette année ses 60 ans. Une trentaine de musiciens, bombardes, cornemuses, percus, évidemment, mais aussi un accordéon. Et surtout des danseurs et danseuses et des chorégraphies d'une étonnante inventivité : sur une base de danse traditionnelle, ils jouent des pieds et des mains, jouent à s'étonner, à se défier, à s'amuser, à se surprendre. C'est un souffle de fraîcheur qui vient faire voler les jupons de la vieille Bretagne, et lui donner un sacré coup de startijen. Les cercles de danse sont tous en recherche de modernité et d'élargissement des l'expression traditionnelle, et j'ai vu pas mal de choses passionnantes depuis quelques années, mais là c'est carrément jouissif.


Car il y a en plus dans cette équipe  Romuald Hervé,  (pas mal de photos de son travail ici) un jeune styliste d'Auray. Je l'ai découvert l'an dernier lors d'un défilé de mode aux Champs Libres, et j'avais été bluffé par l'image la Bretagne qu'il nous présentait à travers ses créations.

 

 

Il invente et réalise des costumes stylés, drôles, inventifs, et habille tout ce petit monde de formes inspirées du costume traditionnel, là aussi, mais en le détournant, en utilisant des codes d'aujourd'hui, des superpositions de tissus, de matières, et des broderies dont on sent bien que la Bretagne les habite mais en même temps parfaitement modernes : c'est un chant joyeux et libre qu'on entend à travers ses costumes. Et, chose pas courante, il est là sur scène au début, danseur lui même parmi les danseurs.


La Kevrenn Alre fête ses 60 ans, et sa musique et ses danses sont un élixir de jeunesse pour la Bretagne.


Je vous livre ici une 'tite vidéo avec les moyens du bord, une gavotte pourlet parfaitement endiablée, très physique, où les femmes par instants portent les hommes, pour qu'ils puissent sauter plus haut, chose assez rare dans la danse en général ! J'espère qu'on y décèle l'entrain et l'enthousiasme qu'on a ressenti. 

 


 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de coeur
commenter cet article
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 15:36

Voici une vidéo de Makana, chanteur qui a chanté un chant de protestation pendant le déjeuner des chefs d'état à Hawaï ce week-end ? Il était censé jouer de la guitare en musique de fond mais il a ouvert sa veste sur un Tee-shirt "Occupy with Aloha" et s'est mis à fredonner une chanson de protestation qu'il avait composée (fortement inspirée de Dylan) pendant 45 minutes ! (Merci à Yves pour l'info!)

 

 


Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de coeur
commenter cet article
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 22:40

 

En France on connaît peu l'Allemagne, sa littérature, encore moins sa musique, à part peut être la Complainte de Mackie, de l'Opéra de Quat' sous, Nina Hagen, et Kraftwerk ! Moi je suis fan de toujours de Lotte Lenya, chanteuse disparue en 1981 après une longue carrière en Allemagne puis aux USA, qu'elle a rejoints après avoir fui l'Allemagne nazie. D'une voix haut perchée, un peu nasillarde, elle a été une des interprètes-phares de Kurt Weill, compositeur qui a beaucoup collaboré avec Brecht.

Bien sûr, il y a Alabama Song, que vous connaissez sans doute par les Doors, mais je préfère cette petite chanson moins connue, "Surabaya Johnny" pleine de tendresse et de hargne à la fois: "enlève ton clope de ton bec, salaud ! Je t'aime tant !". Un chanté-parlé dont on trouve pas mal de traces chez Tom Waits. Et la musique de Kurt Weill, à la fois très savante et facile d'accès par ses mélodies.

Deux chansons dasc cette vidéo: Havana Song à 3'25 et Surabaya Johnny à 5'20

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de coeur
commenter cet article
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 13:42

Hier après midi, une heure avec Ronan Manuel,


Ronan-Manuel.jpg

 

Quimpérois d'origine, et passionné de toutes les musiques, en particulier de toutes  les musiques traditionnelles. Je suis en compagnie de Melaine Favennec, et of course, on parle de l'album Kan Tri MenA écouter ici : 

ITW France Bleu Armorique 12/11/2011



Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Trio Ewen Delahaye Favennec
commenter cet article
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 09:11

Elles sont Américaines du Nord. Sacrée leçon de chant !

 


Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de coeur
commenter cet article
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 08:06

visuel ppal recto PETIT-copie-1

 

Ah les délices du stop ! On en a fait des kilomètres quand on était jeunes ! Je suis allé je ne sais combien de fois de Brest jusqu'à Kiel, dans le Schleswig Hostein, autant dire au diable vauvert, avec mon copain Gilles Patris. Dormi dnas des lits improbables, sur des tas de cailloux, au bord des autoroutes allemandes, qui étaient l'enfer de l'autostoppeur...

 

Mais c'est une autre histoire, celle ci est vue du côté du conducteur aimable qui prend des passagers en souvenir des belles années de galère. Ces visites réservent quelques bonnes surprises. Mais...pas toujours !

 

En voiture !

 



 


 

 

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Trio Ewen Delahaye Favennec
commenter cet article
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 10:01

Je ne résiste pas à vous faire partager cet éditorial d'Audiofanzine, excellent magazine musical tourné vers la technique instrumentale et studio, qui remet les choses en perspective...Humour, certes, mais pas seulement. 

 

EDITO

 

100 miyards ! 100 miyards d'euros ! Oui, ça fait beaucoup d'argent… Mais ce sera loin, très loin d'être suffisant pour éponger la dette qu'a contractée le Monde auprès de la Grèce.  Ce serait l'inverse ? Non, j'insiste : la Grèce ne doit rien à personne, parce tout le monde lui doit beaucoup beaucoup plus que des milliards de milliards d'euros.

Sans même parler du carré de l'hypoténuse, du nombre Pi, du théorème de Thalès ou de la géométrie euclidienne  qui vous replongeraient un peu trop douloureusement dans le programme de maths de 4e, sans même m'attarder sur Hippocrate, le père de la médecine, Théophraste, celui de la botanique, Leucippe, celui de la chimie ou sur Aristote, père d'à peu près beaucoup trop de choses pour qu'on puisse les citer dans un mail de moins de 2 Go, sans même m'attarder sur Socrate, et Platon, et Hésiode, et Homère, et Diogène, et Epicure, et Sophocle, sans même m'attarder sur tous ces gens en chiton donc, je me souviens.

Je me souviens que notre sens du beau, du juste ou du rationnel, à nous occidentaux, a été forgé dans ce petit pays. Tout comme la démocratie que nous chérissons. Je me souviens qu'à peu près tous les mots les plus intéressants de la langue française ont une racine grecque, et je me souviens surtout, lorsque j'accorde une guitare que les douze notes qui font toute la musique que j'aime, elles ne viennent pas du blues, comme le croient Johnny ou Nikos Aliagas, mais de Pythagore.

Alors bon, 100 milliards, à l'heure où toute idée se monnaye, où tout propos se copyrighte, avouez que c'est finalement peu cher payé comme licence d'utilisation de notre monde moderne. Et puis je vois mal comment on pourrait reprocher aux Grecques d'être dans une telle mouise, dans la mesure où si quelques sangliers bon marché suffisaient à sustenter Toutatis et Belenos, c'était une autre paire de manches que d'avoir une centaine de Dieux de l'Olympe tous les jours à table, au prix où étaient le nectar et l'ambroisie… Et c'est sans compter les factures d'eau et d'électricité atteignant des montants astronomiques à chaque fois que Zeus et Poséïdon, un peu bourrés en fin de repas, se mettaient à refaire la cosmogonie…

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans lectures
commenter cet article
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 21:45

J'évoquais Walt Whitman, il y a quelques jours...

 

WALT WHITMAN

 

Dédicace

 

Je chante le soi-même, une simple personne séparée,
Pourtant je prononce le mot démocratique, le mot En Masse,
C’est de la physiologie du haut en bas, que je chante,
La physionomie seule, le cerveau seul, ce n’est pas digne de la Muse;
je dis que l’Ëtre complet en est bien plus digne.
C’est le féminin à l’égal du mâle que je chante,
C’est la vie, incommensurable en passion, ressort et puissance,
Pleine de joie, mise en oeuvre par des lois divines pour la plus libre action,
C’est l’Homme Moderne que je chante.

 

Traduction : Jules Lafforgue

Walt Whitman (Feuilles d'herbe) 1819 - 1892

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans lectures
commenter cet article