Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 08:17

Que se passe t-il en 60 secondes sur le web ?

(extrait du Monde d'aujourd'hui)

 

l’agence Shanghai Website Design (Go-gulf.com/60seconds.jpg) fait le tour de la question. 70 noms de domaines sont enregistrés, 60 nouveaux  blogs sont créés, tandis que 1500 posts sont publiés et plus de 600 vidéos mises sur YouTube, soit une durée de visionnage de plus de 25 heures. En matière de téléchargements d’applications, on en dénombre plus de 1700 sur Firefox et pas moins de 13000 sur iPhone. Il ne faut pas plus de 60 secondes sur Twitter pour que 98000 tweets soient publiés et 320 nouveaux comptes créés. Et sur Linkedin, ce sont, dans le même laps de temps 100 nouveaux comptes qui voient le jour. 13000 heures de musique sont écoutées en streaming sur Pandora et 6600 nouvelles photos envoyées sur Flickr. Au rang des mastodontes, 694445 recherches sont lancées sur Google et 695000 statuts mis à jour sur Facebook, réseau social sur lequel ont afflué 510040 commentaires et 79364 publications. Toujours en 1 minute, ce sont 370000 minutes d’appels passés via Skype et 168 millions de mails envoyés.

 

Et malgré tout, je me dis : "il faut que je pense à mettre ça sur mon blog..."

 

PS : désolé, mais je n'arrive pas à modifier les mises en forme de police après un copier coller...Si quelqu'un parmi mes 7 milliards de lecteurs (population du globe fin octobre 2011) peut me tuyauter, je suis preneur !

 


Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans lectures
commenter cet article
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 20:57

 

Il m'arrive de regarder la télé allemande pour tenter de maintenir à flot mes vieux restes de germaniste, et voilà que je tombe sur des infos où l'on parlait de Jérôme Kerviel, le petit gars de Pont l'Abbé qui a failli faire sauter la banque. 

 

Jusqu'alors, le seul héros du pays bigouden, héros positif, était Per Jakez Hélias. Poésie, littérature, amour des langues bretonne et française, houspillé bien à tort je pense, par Xavier Grall...C'était au XXème siècle. En quelques années, les temps ont changé, nous voici au XXIème siècle et d'autres héros, pas si positifs, sont apparus. Le parallèle bigouden est tentant, même si ça revient à comparer la carpe et le lapin.

 

Le cas Kerviel m'a énervé, car, s'il a "pété les plombs" à un moment donné, je n'arrive pas une seule seconde à croire qu'il ait pu faire de telles opérations en cachette, tout seul dans son coin. Tous ses potes de bureau ont bien profité de ses aventures virtuelles, mais c'est bien pratique de désigner un coupable (il l'est, sans aucun doute) et de dédouaner les autres. Comme si tous ses congénères étaient blancs comme l'agneau à naître. 

 

A part ça, c'est l'occasion de jouer un bon vieux blues rock et je peux vous assurer qu'en scène on s'éclate, et moi tout particulièrement sur ma gratte électrique avec un gros son bien saturé ! Je me prends pour un autre !

 

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Trio Ewen Delahaye Favennec
commenter cet article
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 06:38

visuel ppal recto PETIT-copie-1

 

Nous avons des échos de programmateurs (plutôt en national, car en Bretagne, ça paraît évident, ouf !) qui se demandent : Mais pourquoi donc un trio breton va t-il reprendre un titre de Gainsbourg?

 

Les réponses sont nombreuses : parce que Gainsbourg est le plus moderne de nos classiques, et que nous sommes aussi une branche de la chanson française.

 

Parce que son thème nous touche de près : marée noire en Bretagne.

 

Parce que c'est la chanson la plus forte qui ait été faite sur ce sujet : il n'accuse pas, il aligne des faits côte à côte, sans un seul jugement, sans une seule accusation, et au final, on se dit qu'Arnaud Montebourg n'a pas tort, puisque la situation était la même pour l'Erika : dilution des responsabilités, éclatement des donneurs d'ordre, éparpillement des propiétaires à travers les sociétés et à travers la planète.

 

Et enfin  parce que en ce moment même on est en train de pomper sur l'Ile d'Er en Côtes d'Armor les fosses qui ont été remplies de mazout au moment du naufrage, il y a plus de 40 ans (67). Mais ça, on ne le savait pas quand on a enregistré!

 

Quant à la musique, nous avons d'abord travaillé la polyphonie, les nuances, et déjà on sentait qu'on s'appropriait la chanson. Et voilà qu'un jour est arrivé comme par magie le petit thème popularisé par Stivell, et qui en fait un titre celtique. C'est une chanson qui était faite pour nous !

 

Au passage, je viens de réécouter la version originale (que je n'avais pas entendue depuis au moins vingt ans !), et j'ai été surpris par le ton goguenard du beau Serge, qui rajoute une dimension un peu cynique à la démonstration. 


 
Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Trio Ewen Delahaye Favennec
commenter cet article
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 21:14

visuel ppal recto PETIT-copie-1

 

Voici, sur France 3 Iroise, un petit sujet d'info tourné la semaine dernière par Muriel Morvan. Sur la sortie de Kan Tri Men, évidemment ! Suivez le lien :

 

www.pluzz.fr/jt-local-19-20---iroise-2011-10-12-19h15.html

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Trio Ewen Delahaye Favennec
commenter cet article
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 06:48

* En attendant la parution de Trad Mag de janvier 2012, où vous trouverez un grand entretien avec Gérard Viel, voici un itw réalisé au printemps par Frantz-Minh Raimbourg pour Ethnotempo . Les plus affûtés pourront ainsi comparer nos dires avant et après sortie de l'album

* Ci dessous, un article dans Ouest France, signé Ronan Gorgiard. Au passage, il est aussi l'auteur de pas mal de bouquins, dont " L'étonnante scène musicale bretonne", que je vous recommande. 

 

 

O.F Ronan Gorgiard

 

 

 

visuel ppal recto PETIT-copie-1

 

 

Le Blog de Michel KEMPER

Octobre 2011

Ewen, Delahaye, Favennec : EDF électrise !

 

L’un est conteur. Et musicien, à jouer tant du banjo que de la mandoline, de l’accordéon que du violon et d’encore plein d’autres choses. L’autre est chanteur qui, dans le mitan des années quatre-vingt, a déserté quelque peu son public adulte pour le jeune public. Le troisième est chanteur. Et même personnage de bédé, dans « Les Yeux d’étain de la ville glauque », de son copain François Bourgeon. (Patrik) Ewen, (Gérard) Delahaye, (Mélaine) Favennec. Si on ne prend que les initiales, ça fait EDF. Drôle d’initiales pour ce trio de presque papys qui n’a rien à voir avec l’énergie fossile, mais visiblement tout avec celle renouvelable.

Ces trois là sont de vieilles connaissances. Dans les années soixante-dix, ils firent partie de la même coopérative, à féconder chacun l’art de l’autre. Puis chacun est allé de son côté, à mener sa barque sur les flots de la culture bretonne. Il y a douze ans, à l’occasion d’un concert, ils ont fondé ce trio qui, depuis, investit régulièrement les scènes et nous laisse de jolies traces discographiques. Kan tri men est leur troisième opus. C’est devenu une des plus solides formations de Bretagne, des plus appréciées aussi. C’est de la chanson estampillée bretonne, purs accents celtes, encore que le gospel (Hallelujah, de Léonard Cohen) soit surprenant à l’ombre des dolmens d’Armorique. S’ils puisent leur inspiration musicale en grande partie dans la tradition, leurs propos ne sont pas pour autant à conjuguer au passé. Car quitte à prendre le micro, c’est pour dire le présent, le chanter. Une chanson consacrée au winner Kerviel, prétexte à nous parler d’économie (« Regardez comme ils dansent / Les requins d’la finance les banquiers les vautours ») d’une manière quelque peu différente des pages saumons du Figaro. D’ailleurs, EDF insiste : « Je salue les enfants de l’an 2100 / Qu’ils nous pardonnent notre lâcheté / Devant le pouvoir et l’argent / Et qu’ils ne crachent pas par terre en se souvenant. » Bon, ils sont celtes et s’ils regardent parfois le passé, c’est pour évoquer les « jolis seins de soleil » dans le corsage de Viviane (Viviane et Merlin), brossant Brocéliande en des mots jolis.
Deux reprises à signaler. D’abord la la célèbre 
« Réponse de Seattle » (le discours du chef indien au blanc venu négocier l’achat de ses terres) dont jadis Michel Bühler avait tiré son « Ainsi parlait un vieil indien ». Et Torrey Canyon, un titre oublié de Serge Gainsbourg, mâtiné pour l’occasion d’effluves stiveliennes (le Pop plinn d’anthologie) de toute beauté.
Il n’y a pas besoin de connaître son 
Barzaz breizh par cœur et de faire chaque année le pèlerinage à Lorient pour apprécier un tel disque. C’est du beau, du bon, du solide, trois « vieux » qui nous en apprendront longtemps encore.

 

Dimanche Ouest France, 9 octobre 2011

DOF-9oct2011.jpg

 

Peuple breton 10 2011

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Trio Ewen Delahaye Favennec
commenter cet article
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 21:24

Une de mes règles depuis que j'ai appris à écrire des chansons est d'éviter les mots abstraits. Trop flous, trop vagues : on se paye à peu de frais de grands discours, de grandes idées, de grands sentiments. Une image comme "il se dégage de ces cartons d'emballage des gens lavés hors d'usage"...(Foule sentimentale) c'est quand même plus parlant que "la consommation à outrance nous désespère" (entre mille autres traductions en langue de bois...). 


 

Mais voilà que sont arrivés les premiers mots " Je salue les enfants de l'an 2100 ", et le petit frisson qui les accompagnaient m'a fait signe : il y a quelque chose derrière ces mots. C'était un ton solennel et pour tout dire "bardique", et j'ai eu le sentiment que, à 60 ans passés, je pouvais pour une fois me permettre de faire un chant, plus qu'une chanson.

 

La suite a été écrite en quelques minutes, presque d'un trait, et je me suis lâché sur les mots abstraits. J'ai équilibré ensuite en évoquant les baleines, les îles, la banquise, où je me sens plus dans mon élément, l'évocation concrète de la beauté du monde. C'est un chant d'espoir, et par les temps qui courent, ce n'est pas si facile de faire un chant d'espoir. Chant sur seulement deux notes, où l'harmonie des voix crée la variation. 

 

J'ajoute, au crédit de Melaine, qu'il a beaucoup apporté en studio au phrasé musical qui à l'origine était plus plat, plus rectiligne. Et j'espère bien qu'avec le temps, le public pourra la chanter avec nous dans les concerts. 

 

Au moment de l'écriture, on n'est pas dans la réflexion, mais dans l'élan. Mais je me suis souvenu ensuite de ma découverte, en 77, des "Feuilles d'herbe" de Walt Whitman, immense poète américain d'il y a un siècle, et de mon émerveillement devant sa poésie lyrique, si concrète qu'on pourrait croire par instants qu'elle est naïve, de ses énumérations de paysages, d'animaux...En Bretagne, notre territoire est petit, mais l'imaginaire est large ! Je m'en vais de ce pas vous en proposer un bouquet très bientôt !

 

visuel ppal recto PETIT-copie-1

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Trio Ewen Delahaye Favennec
commenter cet article
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 15:20

 

visuel ppal recto PETIT

Voici un autre extrait de l'album Kan Tri Men : "Viviane et Merlin".

 

Melaine, qui a composé et écrit cette chanson la commente en disant : "certains disent que Merlin n'existe pas, mais d'autres disent qu'ils l'ont entendu chanter, quand on chantait tous les trois" : nous serions donc à nous trois une incarnation de Merlin. Pourquoi pas, après tout, et qui prouvera le contraire?  

 

Au départ, cette chanson s'intitulait "le rêve de Merlin" : il rêve de Viviane, sous plusieurs formes, il se rêve en amant, en amoureux, sous plusieurs formes également : les transformations, les changements de forme sont un thème celtique fréquent...Nous avons essayé de tresser ensemble la musique et le poème, et le résultat me semble réussi, tout en douceur et sensualité. J'aime beaucoup nos trois voix à l'unisson dans le refrain, la mélodie relayée par violon et accordéon. 

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Trio Ewen Delahaye Favennec
commenter cet article
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 07:06

 

 

 

Hello ! L'album Kan Tri Men sort cette semaine. Je vais vous en proposer des extraits dans les jours qui viennent. Commençons par An Hini a garan (Celui que j'aime). C'est une ballade très connue en Bretagne, une mélodie émouvante et nostalgique. C'est un triste chant pour un amoureux qui est parti au loin trouver du travail, et qui ne reviendra probablement jamais. Melaine tenait beaucoup à interpréter ce chant qu'il a beaucoup entendu dans son enfance. On l'a traité sur un rythme un peu chaloupé et sensuel, en "tirant sur le temps".  

visuel ppal recto PETIT

  

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Trio Ewen Delahaye Favennec
commenter cet article
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 06:58

J'attends avec impatience deux albums qui sont annoncés pour la mi octobre. Le premier c'est Ilo Veyou de Camille : je suis fan depuis Le Fil, un chef d'oeuvre de musique, de chant et de chanson, sorti déjà depuis plusieurs années, mais je n'ai pas eu de claque aussi intense depuis. Et je n'ai encore rien entendu de ce prochain album.


Le second, c'est le nouveau Piers Faccini, dont je ne connais pas encore le titre, mais j'en ai ouï deux chansons sur FIP (chaque fois désannoncées avec force détails et louanges, ce qui est rarissime sur FIP, où il faut habituellement aller sur le site chercher l'interprète qui vous a séduit), et j'en ai été émerveillé. Et, surprise, voici que je trouve une vidéo où ils se rencontrent dans une ballade très celtisante : "Banks of the Nile ". Je vous la livre sans retard ! 

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de coeur
commenter cet article
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 12:01

Voici juste un lien vers le site "nos enchanteurs"de Michel Kemper, journaliste et écrivain, passionné de chanson, qui nous donne quelques impressions du nouvel album du Trio Ewen Delahaye Favennec, EDF, pour les intimes. L'album sera bientôt disponible dans les bacs, ou en téléchargement pour ceux qui se trouvent hors des réseaux de distribution. 

http://nosenchanteurs.wordpress.com/2011/09/22/ewen-delahaye-favennec-edf-electrise/

Et si je vous le transmets, c'est qu'il est plutôt louangeur, of course !

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Trio Ewen Delahaye Favennec
commenter cet article