Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 16:37

Surprise ! Etienne Daho ne m'a pas toujours fait vibrer. Mais parfois, une pépite me fait tomber raide : Rendez Vous Au Jardin des Plaisirs, Des Heures Hindoues... mélodies et thèmes magnifiques.

 

De l'autre côté, Hélène Martin me semblait aussi inaccessible dans son château de poèmes chantés, mélodies rive gauche un peu usées. Et soudain, miracle, quelques talents s'unissent et la source jaillit, un pur diamant...

 

Ici c'est ce texte de Genêt « Sur mon cou » mis en musique par Hélène Martin, chanté par Daho, c'est un soleil.

 

Et chaque fois, je suis heureux d'être ébloui.

 

 

 

 

PS : C'est dans l'actu, puisque Etienne Daho et Jeanne Moreau vont bientôt jouer l'ensemble du poème de Genet : le condamné à mort. Entendu hier sur France Culture.

re-PS (quelques jours plus tard) : là où je croyais être un audacieux pionnier, voici qu'on n'entend plus parler que de ça dans toutes les gazettes avec ou sans images. Tant pis, tant mieux, vu que c'est bien ! 

 





Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de coeur
commenter cet article
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 21:50

Le concert du Run ar Puns commençait par  "La Ballade des Trois Rois". Elle était déjà sur l'album "Le Printemps" (78). Ecrite en une soirée au Québec, elle a eu une vie assez régulière, mais cette version est hors des clous routiniers, très celtique dans son traitement, et très dynamique. Elle garde quand même son mystère.

 

leprintemps 1440

 

L'équipe de musiciens y est pour beaucoup (voir Concert au Run ar Puns N°1) . Cette chanson et les deux précédentes sont bien dans l'esprit que je cherchais à trouver dans Javagavoroc, au début des années 80.

 

C'est du live, et c'est le premier titre de cette soirée mémorable, donc encore des défauts techniques, c'est vrai, mais bon...C'est un document.

 

 

 

Ballade des Trois Rois - Live au Run ar Puns- 97 -

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Chansons inédites
commenter cet article
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 21:37

Ok, ok...!!! Nick Drake, c'était un peu provoc', pour énerver "les intégristes" dont parle Jean Théfaine dans son commentaire. Mais des chansons, il y en a dans toutes les langues! Alors, pour me faire pardonner, je me suis dit : je vais leur trouver une des plus belles de ma collec'. Et j'ai trouvé : voici une des plus belles chansons du monde (à dire avec l'accent toulousain).


On en a parlé il y a quelques jours avec Melaine, qui me disait son émerveillement  récent, subjugué qu'il était par ce texte. Et je me souviens d'un jour, près de Pont Aven, où je me suis garé au bord de la route, ébloui, non par le soleil qui brillait fort, mais par la lumière qui jaillissait de cette chanson.

 

Une mélodie à tomber, des paroles pleines d'espoir, d'énergie, d'amour, et des images lumineuses et puissantes : "tu verras mon stylo emplumé de soleil neiger sur le papier l'archange du réveil..."

 

J'ai choisi cette version originale, même si elle est en play back, car on voit le Claude à l'âge où il l'a écrite, et dans l'interprétation première, qui est presque toujours celle qui marque. Vidéo d'une époque lointaine, une petite trentaine d'ici.

 

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Le métier de chanteur
commenter cet article
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 21:10

Comme le dernier album s'intitule : "1000 chansons", on me demande souvent si j'en ai vraiment fait mille. Et récemment,  j'ai répondu que j'avais derrière moi "une vie de chanson".  Et j'ai pensé : "wouah ! plus de cinquante ans passés à courir après ce petit chiffon coloré qui vole au vent".


 La chanson se situe au confluent de la parole et du chant, du conte et de la musique. Elle participe du mot et du son. Pourtant, sa banalisation sur les ondes, dans la vie quoti1000 ch visuel simpledienne, l'a littéralement vulgarisée. Multidiffusée, on n'y prend même plus garde, on vit dans un bain de chanson permanent, au supermarché, dans les bus, le métro, la rue, les jeux, elle est partout, et sa valeur s'en est d'autant dépréciée. Le moindre synthé bas de gamme te pond des arrangements et  des mélodies à la chaine et te consacre compositeur, arrangeur. Tout collégien qui se respecte empoigne une guitare et inventedeux couplets et un refrain : le voilà chanteur. Nous sommes donc des millions à prétendre descendre de l'ordre des chamans, poètes, magiciens, et sans doute à juste titre ! 

 

Mag Chanson 76

Comme le conte, c'est un art de la parole, l'un des plus anciens, sinon le plus ancien. Si on a des traces de peintures rupestres, on n'en a pas, et pour cause, des chants de la même époque, mais il est certain que récit et chant entremêlés racontaient des histoires de courage ou de peur, de dieux, de guerre, de victoires, de défaites, d'amour, de désir ou de chasse...Ce sont des arts magiques, liés au mot, et le mot à l'origine est action sur le monde. Nommer, parler, c'est agir. C'est participer de la puissance du rêve et de l'imaginaire.

 

Quant à la musique, dont la chanson est aussi une branche, elle touche profondément par des voies secrètes et mystérieuses. La beauté, le charme secret d'une mélodie, d'une harmonie musicale, font surgir des émotions subtiles et nuancées. Mais le plus souvent, faute de pouvoir définir avec des mots cet univers trop impalpable, nous le gommons, tout simplement, nous l'ignorons comme s'il n'existait pas.

 

La mélodie ? Peu s'y intéressent, parce qu'il est difficile d'en parler, les mots restent à la porte, c'est de l'émotion pure, un pur mystère : pourquoi une mélodie fait elle mouche alors qu'elle est la simplicité même? Je suis toujours à la recherche de quelques rares pépites, toujours uniques, et jamais la veine n'est plus longue qu'une seule chanson. Il faut aussitôt reprendre sa barre à mine et creuser ailleurs, repartir à zéro, le mystère reste entier, toujours. Comme Brassens, je suis persuadé que la mélodie prime sur le texte. Trou de mémoire? On peut toujours faire la la la, la chanson continue à vibrer. Enlevez la mélodie, vous n'avez plus qu'un joli cadavre.

 

Cahier-Chanson-J.-Lae.jpg

mon grand père a commencé son cahier de chansons le 8 juin 1913

 

Quant à l'alliance des deux, le mot et la musique, mystère et boule de gomme, là aussi! Ce mariage d'amour nécessite un sixième sens, une intuition aussi particulière que le mariage des couleurs sur une toile. J'ai entendu récemment Hélène Hazera définir une bonne chanson comme « une mauvaise musique sur un mauvais texte ». Pas besoin de génie dans l'un ni l'autre. En revanche, le bon assemblage est acrobatique et toujours miraculeux.   Je ne m'aventurerai pas à disserter sur le charme d'une voix, mais il faudrait là aussi entrer dans l'inconnu de la vibration, du pur inconscient.

 

Dans les circuits de la "culture", il est fréquent de croiser des gens qui ont une bonne connaissance du théâtre ou des arts plastiques. Et on devine souvent quelques moues de mépris quand on évoque l'expression chantée, opéra excepté, bien sûr. Je crois moi que la chanson est un art. Mineur, si on veut. Et on s'en fiche, puisqu'elle vit de sa belle vie, légère et court vêtue, sautillante, dansante et profonde à la fois. C'est une fillette pétillante, rigolarde ou mélancolique au milieu des douairières de la cour. La vie même. Tiens, en voici une où ce n'est pas le texte qui touche.

 

 

Nick Drake : River man

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Le métier de chanteur
commenter cet article
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 16:01

Le blog de Fred Hidalgo est une référence : en matière de chanson francophone, c'est sans doute le plus lu dans l'univers entier (n'hésitons pas, puisque c'est vrai !). Ce blog a pris le relais du magazine Chorus, bible de la chanson, naufragé il y a un peu plus d'un an dans des circonstances dramatiques.

 

Sa distinction favorite pour ses coups de coeur est le "Quichotte", et j'ai aujourd'hui même le plaisir de pouvoir arborer cette médaille (en chocolat virtuel !) sur ma poitrine de chanteur, puisqu'il vient d'en décerner un à "1000 chansons".


- Tu es content Gérard ?

- Ben oui !


Pour lire l'article, c'est facile, on clique ici :


 http://sicavouschante.over-blog.com/

 

avatar-user-2556623-tmpphp0mdG7B.jpg

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Mes albums
commenter cet article
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 21:16

la ballade du NO

 

 

Toujours dans la même formule musicale, en public et avec les mêmes musiciens (voir article précédent): "Les péniches rondes".  Parmi mes chansons, c'est sans doute celle qui a connu les versions les plus nombreuses. Curiosité de mix, la basse est à gauche...Au cours du concert elle passera au centre. C'est du live, et c'est l'un des premiers titres (l'ingénieur  est sans doute en train de jongler avec les équilibres., les couleurs, les niveaux...)

 

 

Les péniches rondes - P et M : G. Delahaye

 

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Chansons inédites
commenter cet article
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 22:17

Pas de plus gros bide dans mes albums, et pourtant...C'est un de ceux que je préfère :  » La Ballade du Nord Ouest » est sorti début 97 chez Blue Silver, et c'était l'album dont je rêvais depuis longtemps. Mais mauvais concours de circonstances, sortie décalée, tournée à contretemps...Et hop, on passe à autre chose. J'ai eu le temps d'avaler la pilule, heureusement.

 

la-ballade-du-NO.jpg

 

Mais voilà qu'en rangeant des cassettes, je suis tombé sur ce concert donné en mars 97 au Run ar Puns (29) près de Chateaulin, avec une partie de l'équipe qui m'accompagnait sur l'album, et...J'ai trouvé ça bien. Et avec le recul, je dois dire que ce sont les titres les plus lents, les titres gris bleus qui me semblent les plus réussis. Je vais vous en distiller quelques uns.

 

Il y a là une belle brochette de musiciens : je suis à la guitare acoustique et au chant, of course. Violon: Jacky Molard – Flûte : Jean Michel Veillon – Percus :Dominique Molard – Basse : Alain Genty - Guitare électrique : Nicolas Ivan Mingot – son : José Nédélec.

  "Chanson d'automne" Verlaine / Delahaye

La première chanson est de saison. J'insiste : c'est du live. Pas de montage, aucun trucage, quelques plantages, mais il y a l'énergie et l'émotion de la scène...Le niveau sonore n'est pas très élevé : montez le son...
Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Chansons inédites
commenter cet article
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 12:20

 

 

Bienvenue, oh, curieux ou fidèles auditeurs qui venez ici découvrir un aperçu de la nouvelle création patiemment réalisée (c'est mon 20ème album).  "1000 chansons,  d'aventure, d'amour, de voyages, de pirates, d'amitié, de fraternité, de soleil, de pluie..."(on en rajoute esssprès : humour !). En voici des extraits assez larges. En cliquant sur le titre, vous pouvez lire quelques commentaires que j'ai faits dans des articles précédents (ou à venir).


Vous pouvez le commander via ce BON DE COMMANDE

(Paiement chèque ou Paypal)

 

LA DANSE DE LA PLUIE

  DANS LA NUIT DE LA FORET

VOILA LES PIRATES

LE BAL DE L'ANIMAL

CA SE PEUT PAS

LA PETITE MARSEILLAISE

 

 


Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Mes albums
commenter cet article
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 21:36

J'ai découvert en voyageant que partout dans le monde les gens dans leur immense majorité sont accueillants et amicaux. Il faut le dire et le redire. Car depuis des années, on nous parle d'axe du mal, on stigmatise des cultures, on met au ban des pays entiers. Cette propagande est dangereuse car elle empêche de voyager. Or, plus il y a d'échanges, plus le monde est sûr.

 

Mikael Pallin (ex Monty Python) - Lu dans Télérama -

 

mikael-pallin.jpg

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans La phrase du jour
commenter cet article
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 07:31

 

bateau Gérard Delahaye

 

L'une de mes petites filles, 8 ans, m'a demandé « qu'est ce que ça veut dire : ils ont fui ». Dans La petite Marseillaise, le dernier couplet (fait avec Yvon le Men) dit « Quand tes parents ont fui la guerre ». Dans la même chanson, le refrain dit : « au fond du coeur j'ai trois couleurs qui font la Liberté». L'autre jour, sur la Péniche Spectacle, un enfant me demande : « C'est quoi les trois couleurs? ». Je me dis, bien sûr, que c'est justement là l'intérêt de jouer pour un public d'enfants et d'adultes mélangés, instits, ou parents : ils peuvent en parler après, commenter, poser des questions...

 

Quand on essaie de chanter pour les enfants, la question de l'âge est un vrai casse-tête. Aucun parent n'aurait l'idée de mettre en CM son enfant de 3 ou 4 ans. Mais le même n'est nullement dérangé d'emmener son enfant de 3 ans à un spectacle conseillé pour les 6/10 ans « il est très éveillé pour son âge ». Il est pourtant évident que la capacité d'attention, d'émotion, de compréhension, évolue entre 2 ans et 10 ans. Pas la même non plus la faculté de rester assis une heure à déguster un concert, même si on participe beaucoup en chantant. Et la maîtrise du vocabulaire est-elle la même à 5 et 10 ans? Quadrature du cercle pour le chanteur. Dans un livre, une histoire, le parent, l'instit, peut prendre le temps d'expliquer un mot. Mais en spectacle, ça va trop vite.

 

Coeur-rose.jpg

 

Vu de la scène, ce décalage est parfois déstabilisant. On attend un certain type d'échange, de réactions, et tout tombe à plat : trop grands (rarement), trop petits (trop souvent!). On se retrouve face à des ribambelles de bambins dont la tête ne dépasse pas des fauteuils pour chanter Nelson Mandela  ou La petite Marseillaise.Et au bout de 30 minutes, écouter ne leur suffit plus : ils ont besoin de se remuer, de sauter, de danser...En revanche, si j'ai le malheur de chanter les « 3 petits moutons » à des CM2, déjà rompus aux joies du rap, il y a risque de quolibets ou au mieux de silence moqueur ou boudeur.

 

Il n 'y a que dans certains spectacles scolaires où on a la chance de se trouver face à une tranche d'âge cohérente. Et là, en règle générale, on casse la baraque, c'est le triomphe, on se prend pour Johnny au Stade de France!

 

Ce qui fait que la plupart des artistes « jeune public »décident de s'adresser aux plus petits : c'est ça qui marche le mieux, c'est là qu'il y a le moins de risques. Au delà de 6-7 ans, les enfants, paraît il, ne viennent plus au concert. Je m'obstine malgré tout à faire des spectacles où mon spectateur idéal a autour de 8-9 voire 10 ans: c'est l'âge où il comprend presque tout, est sensible à l'humour, a une vraie voix pour chanter et commence à avoir une culture musicale. Et je pense aussi beaucoup aux parents.

 

Heureusement, il n'y a pas que les mots et le sens. Et je me console en me disant qu'avec ce nouveau spectacle plein de couleurs en scène, ils peuvent aussi se nourrir en regardant les décors, les instruments, les lumières, en écoutant la musique...

 

bateau va chanter ce soir

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Le métier de chanteur
commenter cet article