Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 août 2014 7 17 /08 /août /2014 07:48

C'est rustique, ça gratte, ça rigole et ça frissonne : c'est Le Trio EDF!

 

Enregistré dans le Nord Finistère, sous un hangar pour de vrai comme de juste, en direct, beo, live: un plan séquence de plus de 7 minutes, réalisé par Mary le Lez à l'image visuelle, et Dominique Thiboulet au son sonore. Vous noterez le magnifique drapeau breton (gwenn ha du) à l'arrière plan,

 

Au passage, je vous rappelle qu'un nouvel album sort début octobre, et que vous pouvez y souscrire dès maintenant!

Repost 0
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 12:13

A force de chercher, on trouve !


Quand j'ai commencé à chanter pour les enfants, je n'étais pas très à l'aise avec les petits. Et puis, avec l'expérience, les essais, les erreurs, on y arrive ! La preuve, "Balle boule bulle" ce nouveau spectacle de format très court (autour de 35 minutes) qui leur est destiné, et dont voici quelques images pour vous donner envie!


un univers tout chaud, tout rond, c'est tendre et plutôt rigolo, comme vous pouvez en juger. Qui aurait cru, quand je chantais "Camions sur l'autoroute", que j'aurais fini par manger du clown?

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans concerts
commenter cet article
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 21:11
"Quelle drôle de terre" est un spectacle qui regroupe des chansons sur des personnages emblématiques du XXème siècle, de Nelson Mandela à Zinedine Zidane, en passant par Youri Gagarine et Théodore Monod. Je le joue parfois avec un orchestre, plus souvent avec des choeurs d'enfants, et chaque fois, c'est une grande émotion.  

Voici Gérard d'Aboville, extrait d'un concert "Quelle drôle de Terre", à Quimper il y a quelques années : avec moi, une quarantaine de musiciens, élèves et professeurs de l'Ecole de Musique de Quimper, et une centaine d'enfants choristes, élèves de la même école : un événement inoubliable ! Les arrangements originaux ont été écrits par Hervé Lesvénan et Pascal Salmon, à l'initiative du Festival Théâtre à tout âge

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans concerts
commenter cet article
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 07:54

 

 

Mamert, Pancrace et Servais : je me suis renseigné. Et même si les esprits avertis nient l'effet des trois zigotos gelés, ils étaient à mes côtés hier sur la grande scène de la "Fête de l'enfance" à Plabennec.

Et ils avaient droit, les veinards, sur l'herbe à des ateliers de rugby, de graff, de hockey, de poney, et sur la scène se succédaient les ateliers de l'année : djembé, danse indienne, et chanson. Là j'ai été scotché : on fait encore chanter aux enfants : "sur le pont d'Avignon", version longue qui passe en revue tous les métiers du monde : les boulangers font comme ça, les menuisiers, les militaires, les musiciens... et ça n'en finit pas . Quant au loup de "Promenons nous dans les bois", il n'oublie pas une chaussette ni un mouchoir. Quand j'ai entendu "Farine de froment farine de blé noir", outre le fait que ce soit ma chanson, et que ça fait toujours plaisir, je me suis dit qu'il y avait un minuscule espoir pour les choses changent, un peu, un de ces jours lointains.


la scène et les bancs : ce qu'on découvre en arrivant sur les lieux avant le public. Ajoutez y le vent gelé. Ambiance !

 

avril mai 2012 049Je garde le souvenir de ce garçon de six ou sept ans, un vrai lutin souriant frappant avec enthousiasme sur son tambour, et qui produit un son ferme et plein, parfaitement en rythme. Paraîtrait qu'il prend aussi des cours de batterie : voilà un futur virtuose pour 2025.

 

Dehors, public frigorifié, et quand est venu mon tour, j'ai gardé mon petit maillot sous ma chemise, et je me suis lancé. La scène tournait le dos au soleil, mais elle était bien orientée face au vent de noroît. Mains quasi gelées, au bout d'une heure, j'ai jeté l'éponge, mais à part les mains je vous jure que j'étais réchauffé : rien ne vaut un bon concert pour se sentir en pleine forme en ces jours d'anticyclone d'hiver.  

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans concerts
commenter cet article
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 22:21

Je reçois des appels : on s'inquiète, je n'écris plus sur mon blog, what is happening ? Alors, vite, vite : J'ai travaillé sur mon prochain album (prochain depuis des années)...pour les adultes. Nom de code : 21. J'en suis à peu près à la 3ème ou 4ème mouture. Ca tourne à l'addiction malsaine. (Heureusement que depuis le début j'ai sorti 4 ou 5 autres albums). Et quand je travaille sur la musique, je m'y noie. Plus moyen de faire autre chose. Date de sortie : inconnue. 

Et aussi : joué ce week end avec le Trio à Changé près le Mans : un bonheur ! Et dimanche au Théâtre de Morlaix, encore plus de bonheur et ça mériterait un chapitre entier, car c'est là que j'ai commencé officiellement à l'automne 1971....Puis lundi pour des scolaires.

Retour aux sources :

Juste une ou deux photos du beau théâtre à l'italienne rénové, dans lequel je n'avais pas joué depuis plus de quinze ans...Le manteau avec le décor de "1000 chansons"

th Morlaix manteau

et le lustre monumental

th-Morlaix-lustre.jpg

Et juste derrière le théâtre, à même pas 100 mètres, Rue Courte : 

nevenoe-1-copie-1.jpg

L'enseigne est là depuis 1973. Mais il vaut mieux ne pas regarder le lieu qui était le "bureau" : la vitrine est en bois, toute pourrie, couverte de tags, de vieilles affiches, de graffiti...Je vous garde ça au chaud pour la semaine prochaine. 

A + !


Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans concerts
commenter cet article
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 08:14

Un festival qui commence à 11h et se termine à 16h ? ça existe ! Avec une centaine d'artistes sur scène et dans les allées, Rockissimômes de Sablé sur Sarthe fêtait jeudi son 30ème anniversaire sous la pluie, ce qui n'a pas empêché une fréquentation de quelques 10.000 gamins, transportés par des centaines de bus depuis 150 bornes à la ronde. Ils partent le matin au centre de loisirs, reviennent le soir tout embrumés, et lessivés, j'imagine, d'avoir voyagé, joué, chanté, dansé, arpenté le parc du château dans tous les sens, contents d'avoir vécu une parenthèse magique pendant leurs vacances d'été.

 

Arrivée des minots dans le parc...

IMG 0152

Les artistes se démènent et s'escriment à les intéresser. Ce n'est pas évident, je peux vous l'assurer : le plein air, surtout quand il bruine comme ce jeudi, pousse plutôt à la déconcentration, on regarde à gauche, à droite, on discute, on pense à autre chose, et de temps en temps on regarde la scène.

 

La grande scène, bien avant l'arrivée massive des groupes...Site magnifique devant la rivière. Hélas, il pleut.

IMG_0154.jpg

Moi je suis sur une petite scène, ce qui me va tout à fait pour un plein air. Avantage par temps pluvieux : elle est couverte, avec une partie couverte aussi pour le public ! Et quand la pluie se remet à tomber, un quart d'heure après le début de mon concert, les oiseaux qui n'ont pas la chance de bénéficier de l'abri du toit s'envolent aussi sec. Mais les plus motivés (qui sont aussi les plus protégés !) restent là, ceux qui avaient choisi d'être aux avant postes, et ça chante bien. Et vers 15h45, quand je vois dans les premiers rangs se lever un groupe qui craint sans doute de rater son bus, je me dis : "Gérard, tu vas abréger un peu, sinon, tu risques de finir devant une salle vide...". Final triomphal, of course et les centaines de groupes prennent le chemin du retour, nouvelle danse des bus , apparition des jeunes qui nettoient le terrain, il est 16h30, et tout est déjà fini.


On pourrait croire que les artistes font connaissance dans les festivals, mais en réalité c'est très fugitif : chacun est concentré sur son concert, et souvent disparaît vers d'autres aventures sitôt sa sortie de scène. J'ai quand même eu le temps d'apprécier le show d'Abel, un gars du Sud, batteur, chanteur et super animateur !  


Pique nique le midi...

IMG_0157.jpg

 

Hélas, mes maigres images ne rendent pas du tout compte de l'échelle de l'événement. Multipliez tout par 100...Et je vais faire une école de photo journalistique

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans concerts
commenter cet article
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 20:53

Jean Yves et Véro ont acheté il y a quelques années un ensemble de bâtiments, une ancienne ferme.

Au milieu du domaine trônait un vieux hangar au sol de terre battue, qui avait dû voir passer moult tracteurs et toutes sortes de machines agricoles, de la paille, du foin, des bêtes...Qu'en faire ? Au fil des mois, des années, l'hangar a abrité des fêtes familiales, des fêtes d'anniversaire, des festou noz, on y a creusé une cave pour abriter diverses richesses liquides et solides, et un plancher costaud pour porter quelques centaines de pieds en transe, et voilà l'hangar ressuscité.

KERFOLK


Quand le Trio Ewen Delahaye Favennec débarque dans ce chaudron brûlant, (précédés par un Gandalf plus vrai que nature, chapeau, cape et canne sonnante !) ça ne rate pas : panne de jus dès la fin du morceau d'intro. Forcément, si on tire trop sur la corde...Léger malaise : ça casse l'ambiance, surtout avec EDF à l'affiche ! Mais dans l'équipe costaud qui tient les rênes de l'hangar, les électriciens s'affairent, et le 220 se remet à couler dans les veines électriques. Il coule aussi dans les nôtres et dans celles des quelques centaines de fans, obligés de nous servir des "standing ovation" à chaque titre, car de chaises, point : sauf pour les toutes premières arrivées (rien que des dames) motivées par la rareté du mobilier sustentateur, elles sont à poste dès 20h15 et s'accrochent à leur conquête à quatre pieds. Les autres dansent, chantent et supportent vaillamment le mal de dos que nous leur infligeons 90 minutes durant. Et je dois dire que, mis à part les Vieilles Charrues, on n'a jamais vu le Trio porté par une ferveur aussi puissante ! Les choeurs du public sont fournis et généreux, les applaus si intenses et longs que par moments on se croirait à France Musique, gast ! Comme dirait Patrik : "à un moment donné je me suis pris pour un autre".

EDF-a-Kerfolk.jpg

Bien sûr, ça existe ailleurs qu'en Bretagne, je le souhaite très fort, en tout cas. Car c'est un vrai bonheur de voir sortir de terre un lieu de concerts, de rencontres, d'animation, un lieu de vie, un "centre" au sens propre, culturel, qui rassemble des gens autour de musique, danse, concours de cidre, repas...On y parle breton, mais sans ostentation ni ostracisme, on y rigole beaucoup, plijadur zo ! La vraie vie sans intermédiaire administratif, un cœur battant dans la campagne, qui rassemble et relie, énergise et irrigue plusieurs fois par an une société vivante.

Comment les remercier, les Lan, Bernard, Momo, Véro, Jean Yves...et toute leur équipe de doux fêlés ? En créant des z'hangars partout où c'est possible, dans votre caravane, votre cabane de jardin, votre salon, dans la rue ou dans votre coeur.

 

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans concerts
commenter cet article
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 14:06

C'est le rêve de tous et toutes : se sentir pile au bon endroit, au bon moment, sans se poser de question, jouir de l'instant présent avec intensité, dans l'amour, le travail ou le jeu, peu importe. On est si souvent distrait, éparpillé, cassé en mille morceaux par les sollicitations brouillonnes de notre esprit. Ça m'est arrivé hier.

Je présentais le spectacle « Quelle drôle de Terre ! » à Sainte Savine, banlieue de Troyes, dans un Festival jeune public: « Cours zy vite ! ». Et avec moi il y avait Vincent Burlot et Iwan Laurent mes deux complices musiciens, Dom' Thiboulet et ses 12 bras, capable de faire le son et la lumière en même temps, et un petit choeur de 25 enfants, des CM2 (Pascal Baillet, instit' enthousiaste) de l'école Lucie Aubrac. Evidemment, la justesse est loin d'être parfaite, on n'est pas dans une chorale, mais rythmiquement, ça assurait ! Ils avaient répété avec Gérard Fardet, un ancien des Octaves, et en vrai pro, il les a parfaitement coachés. Pas de chahut en scène (s'il y en a eu, je ne l'ai pas vu, ils sont derrière moi !).

Et le miracle de ce spectacle a opéré une fois de plus, encore plus magique dès qu'il y a des enfants qui chantent et apportent leur énergie à ces chansons de paix et d'espoir. Et vers le milieu, une fois passée la petite inquiétude du début, une fois entré dans l'acoustique un peu imprécise de la vénérable Salle des Fêtes :

 

maison_pour_tous_1297097732.jpg

 

entièrement remodelée pour le temps du Festival, je me suis dit : « Gérard, tu es un homme heureux, tu transportes les gens sur tes chansons, tu leur donnes du bonheur et tu leur donnes envie de vivre ». Que demander de plus ? Voilà des instants qui dédommagent largement de toutes les galères qu'on connaît dans ce métier, qu'on soit connu ou inconnu. Les enfants aussi étaient ravis, ça crevait les yeux. J'ai aussi eu droit au choeur chaleureux de cuisinières au grand coeur, qui nourrissent tout ce petit monde pendant une semaine entière avec de la cuisine "comme à la maison". 

La veille, on en a profité pour admirer le spectacle de la Compagnie BP ZOOM, que je vous conseille si vous souhaitez frôler le « mort de rire »! 

Merci à tous ceux qui permettent des moments si intenses et lumineux.

 

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans concerts
commenter cet article
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 12:58

 

Une fillette : - J'ai pleuré tellement c'était beau.

Moi- Hé bien, dis ! et tu as pleuré pour quelle chanson?

Elle – Ben...Presque tout du long

 

Ouf ! J'ai enfin trouvé l'équilibre de ce spectacle intitulé « 1000 chansons ». Et ça a été long, puisqu'on l'a créé en avril (le récit de la création se trouve ici). Depuis le début, j'étais moyennement satisfait de la courbe que nous avions conçue avec Fred Renno. Un spectacle de chansons, c'est un patchwork de petits moments, tendres, drôles, tristes, carrément délirants, et il faut organiser tout cela en une suite cohérente, qui entraîne le spectateur sans le lasser. Si la courbe est ascendante, ça n'en est que mieux, bien sûr, et c'est souhaitable ! Réunir tous ces éléments du puzzle est très compliqué. Ca ne se fait pas en laboratoire. C'est du live, au sens propre : du vivant.

 

1000 ch visuel simple

 

 

Et j'ai enfin trouvé, toujours sur la structure créée avec Fred, mais en effaçant un titre ici, en rajoutant un autre là, en déplaçant celui ci d'un cran, en rajoutant entre ces deux ci une petite histoire, alors que j'en raccourcis une autre ailleurs. Travail de précision, fondé sur mes sensations, et sur ce que captent mes antennes. J'ai même inventé hier un quart d'heure avant la première représentation une mini chanson toute bête qui me permet de commencer et d'ouvrir avec un petit refrain : « mille chansons, mille chansons... ». Hop ! Jamais je n'aurais osé faire ça autrefois.

 

theatre-avranches.jpgCette fois, dans le petit théâtre d'Avranches, une scène minuscule, où le décor était très serré, ce qui nous convient mieux, nous avons eu la chance de jouer trois fois dans le même lieu. Une fois en « tout public » : des familles mais aussi un centre de loisirs qui m'a bien donné la réplique dont j'ai besoin, choeur de la salle, et deux représentations scolaires, tous âges, du CP au CM2. Et ça vit, ça respire et moi aussi du coup !

 

Et, bonheur suprême, j'ai entendu pour la première fois mes nouvelles chansons chantées par des enfants qui les ont apprises à l'école : « La danse de la pluie », « A Nabatiyeh »...Emouvant. Car d'habitude, c'est « la Vache » ou « Farine de froment » les tubes. Tout à coup, on changeait de planète, et j'en étais moi-même baba ! Quant à « Voilà les Pirates ! » n'en parlons même pas : c'est le délire absolu ! Et pour reprendre la confidence de la fillette Jdu début, e me rends compte que ce spectacle est bien plus riche que les précédents dans la variété d'émotions qu'il propose : la palette va  de la marche funèbre au chahut pirate organisé, en passant par des tas de paysages. 

 

Je le sais pourtant et je le dis toujours : créer un nouveau spectacle, c'est créer un nouvel instrument, et il faut apprendre à en jouer. Aujourd'hui, je sais enfin jouer de « 1000 chansons » !


1000-ch-avranches.JPG

 

Et ici, un petit compte rendu par les enfants eux mêmes (très laconique!) sur le blog de leur école.


Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans concerts
commenter cet article
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 09:07

 


Roscanvel-100-ans-2.jpg

 


Journée de fête à Roscanvel, pour le 100ème anniversaire de l'école Francis Mazé. La cédille de « Francis » a été effacée, ou plutôt masquée, dans le courant de la semaine. Ouf ! L'honneur de l'orthographe est sauf !

 

roscanvel 3

Le discours de jubilé m'a beaucoup touché. 6000 enfants sont passés par ces classes devant la mer depuis 1910. Les premiers ont tous disparu, bien sûr. Mais je subis les protestations véhémentes d'une spectatrice âgée, qui me menace de sa canne : « Mais non Monsieur, j'y étais moi ! » et comme elle ajoute » je suis née en 1918 », avec ma finesse bien connue je détecte le malentendu et n'insiste pas. Ce que je trouve émouvant, c'est la continuité de travail des enseignants, des maires, de la république, si on veut, et d'imaginer que dans un siècle encore, cela continuera. Bien sûr, aux yeux de certains Bretons, ça a eu aussi le mérite d'étouffer la langue bretonne. Vaste débat, entre l'éducation et le maintien d'une culture.


roscanvel 4En tout cas, les enfants qui chantent avec moi sont radieux, ils chantent extrêmement bien, avec énergie, juste et en place, et c'est assez rare pour souligner le travail patient des instits : des années de chant, de rigueur, de plaisir aussi, et le résultat est là.


Le soir, sous l'hangar à bateaux, un lieu magnifique, tout en bois, un repas pour 250 personnes. Et je chante de nouveau mais cette fois avec les ados du collège, preuve que le départ de l'école primaire n'est pas une coupure : la communauté continue. Preuve aussi que mes chansons ne sont pas toujours reniées par le changement d'école... 

 


Roscanvel 100 ans 1-copie-2



Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans concerts
commenter cet article