Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 22:03

Un ton simple, tamm kreiz, puis ton doub ! C'est beau, c'est beau ma doué que c'est beau!

 

Ah, au fait, qu'est ce que ça veut dire "flash mob"? Pour faire vite, ce sont des gens qui se rassemblent de façon impromptue et inattendue dans un lieu public, pour une action artistique ou politique. Les réseaux sociaux sont pratiques pour ça. Un petit historique ici sur wikipedia

 

En cherchant " flash mob"sur un moteur de recherche, vous en verrez une quantité. Mais celui ci est vraiment émouvant, non? 

 

 

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Coup de coeur
commenter cet article
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 11:02

C'est le Festival du film d'animation à Bruz depuis le début de la semaine. Voici un film de fin d'études qui a concouru l'an dernier, et qui a été sélectionné cette années à Annecy. Une petite merveille de virtuosité technique et de poésie. 

 

 

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de coeur
commenter cet article
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 09:11

Juste pour vous appâter, je me permets de reproduire ici l'édito de la Newsletter (lettre de nouvelles) d'Audiofanzine, un "whebdo" (tiens, je suis assez fier de cette trouvaille langagière!) dédié au matos et immatos (matériel et immatériel) et mode de vie des musiciens. Les infos techniques sont toujours très pointues. Et chaque semaine, l'édito est une véritable friandise, voir ci dessous. Et rien que pour cela, je fais pour une fois du prosélytisme, et vous incite à vous y abonner. 

C'est ici: http://fr.audiofanzine.com/

 

"Instrument à cordes pincées ou butées en surplomb d’un manche fretté et d'une caisse de résonance, la guitare aurait été importée en Espagne par les maures un jeudi matin, aux alentours du Xe siècle. De ce qu’on en sait, ces derniers l’auraient probablement piquée au grecs qui, comme chacun sait, ont à peu près tout inventé : la philosophie, la démocratie, l’esthétique de la culture occidentale, mais aussi la feta, la civilisation romaine et, plus récemment, l’endettement international et la première forme d’intelligence artificielle en la personne de Nikos Aliagas.

Après être longtemps demeurée dans les blanches mains de l’élite, elle s’impose au début du XXe siècle comme le seul piano que les pauvres peuvent s’acheter, et se vulgarise plus encore grâce à l’invention miraculeuse du crédit en trois fois sans frais. Pour cette raison et parce qu'elle est autrement plus facile à caser qu’un Steinway à l’arrière d’une roulotte, on la trouve au coeur de nombreuses musiques populaires : le jazz manouche, le folklore tsigane, le flamenco ou quantité de musiques sud-américaines, mais aussi et surtout le blues et le rock dont elle est devenue une sorte d'emblème, au point de finir sur des tee-shirts cernée de flammes, d'éclairs, de loups, d'aigles et de filles à gros seins.

 

Acoustique pour draguer sur la plage ou électrique pour draguer au premier rang, la guitare a, par la force des choses, conduit à l'invention de deux entités ayant fortement impacté l'histoire de la musique : le guitariste rock, défini dans la chaine alimentaire par les zoologistes comme la proie du chanteur et le prédateur du bassiste, et le solo de guitare, une suite de notes jouées plus ou moins rapidement dans le but d’échapper, quelques secondes durant, aux vocalises du chanteur. En vis-à-vis de ces dommages collatéraux, on notera que la guitare peut aussi servir de combustible lorsqu'il s'agit d'invoquer le vaudou, de masse lorsqu'il s'agit de détruire un ampli, et de scie lorsqu'il s'agit de jouer une romance anonyme évoquant irrémédiablement le passage en zone libre de la jeune Brigitte Fossey.

Accessoirement, la guitare est aussi un formidable objet de décoration, au même titre que le grand arrosoir en fer blanc ou la petite casserole de cuivre rouge. Pour cette raison, on la trouvera souvent suspendue à un mur, ou trainant négligemment dans le coin d'une chambre, attendant patiemment qu'on la saisisse pour constater avec stupeur qu'elle est complètement désaccordée.

Symboliquement, la guitare est enfin cet objet phallique aux rondeurs de Vénus qu'aucun guitariste qui se respecte ne saurait regarder plus d'une minute sans essayer d'en jouer. De fait, certains psychanalystes s'accordent à dire qu'il y a dans le fait de jouer de la guitare une forme d'onanisme plus ou moins acceptée par le ou la guitariste, ce qui a d'ailleurs été très bien résumé par Yves Duteil dans "j'ai la guitare qui me démange...".

Si je prends la peine de faire ce petit point sur ce noble instrument, c’est tout simplement parce que le programme de la semaine sur Audiofanzine tient en sept lettres : guitare. Histoire d’aider les débutants, l’ami FloSon s’est en effet rendu en magasin pour comparer 5 modèles de grattes acoustiques entre 150 et 200 € (le détail des tests se trouve ci-après dans cette newsletter). A deux pas de Noël, c’est plutôt bien vu de sa part, cependant que les non-guitariste pourront jeter un œil à cette adresse pour savoir comment vider le compte en banque de leurs proches.

Il vous reste de l’argent ? A la bonne heure : je vous rappelle que notre voyage pour assister au Musikmesse de Francfort en mars prochain vous attend toujours.

Sur ce, bon week et à la semaine prochaine.

Los Teignos
From Ze AudioTeam"

 

Fin de citation. Pas mal, non? Allez, sur ce bon week end et à la semaine prochaine. 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de coeur
commenter cet article
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 17:52

Après avoir enregistré cette pièce (c'est Mozart, au cas où...) elle a déclaré à l'ingénieur du son que c'était parfait: rien à retoucher.

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Coup de coeur
commenter cet article
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 10:23

Lettre de Nadejda Tolokonnikova. Faites tourner !

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de coeur
commenter cet article
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 06:44

Bousso Dramé lauréate du Concours National d’Orthographe refuse le visa de la France à cause du comportement vexant du consulat de France.

Voici sa lettre datant du 20 Juin 2013:


A Son Excellence, Monsieur le Consul Général,
A Monsieur le Directeur de l’Institut Français du Sénégal,

Mon nom est Bousso Dramé et je suis une citoyenne sénégalaise qui, en ce jour, a décidé de prendre sa plume pour porter haut et fort un message me tenant particulièrement à cœur.
Par intérêt pour la langue de Molière, j’ai décidé de participer en Avril dernier, au Concours National d’Orthographe 2013, organisé par l’Institut Français, dans le cadre des Prix de la Francophonie. Le concours a réuni quelques centaines de candidats, âgés de 18 à 35 ans dans les Instituts Français de Dakar et de Saint-Louis ainsi que les Alliances Françaises de Kaolack et de Ziguinchor. A la suite de joutes portant sur un extrait de L’Art Français de la Guerre d’Alexis Jenni, Prix Goncourt 2011, j’ai eu l’honneur d’être primée Lauréate dudit Concours. A ce titre, un billet d’avion Dakar-Paris-Dakar et une formation CultureLab en réalisation de film documentaire au Centre Albert Schweitzer m’ont été octroyés.

Durant ma petite vie, je n’ai eu de cesse, tout en étant ouverte sur le monde dont je suis une citoyenne, de défendre ma fierté d’être noire et africaine. Il va sans dire que je crois résolument à l’avenir radieux de ma chère Afrique. Je suis également d’avis qu’il est impératif que les préjugés qui ont prévalu au sujet des Africains et de l’Afrique, du fait du passé colonial et de la situation contemporaine difficile de ce continent, soient révolus. Il est temps que les Africains se respectent eux-mêmes et exigent d’être respectés par les autres. Cette vision d’une Afrique généreuse et ouverte, certes, mais fière et ferme dans l’exigence du respect qu’on lui doit et qu’on ne lui a que trop longtemps refusé est une conviction forte qui me porte et me transporte, littéralement.

Cependant, durant mes nombreuses interactions avec, d’une part, certains membres du personnel de l’Institut Français, et, d’autre part, des agents du Consulat de France, j’ai eu à faire face à des attitudes et propos condescendants, insidieux, sournois et vexatoires. Pas une fois, ni deux fois, mais bien plusieurs fois! Ces attitudes, j’ai vraiment essayé de les ignorer mais l’accueil exécrable dont le Consulat de France a fait montre à mon égard (et à celui de la majorité de Sénégalais demandeurs de visas) a été la goutte d’eau de trop, dans un vase, hélas, déjà plein à ras bord.
En personne authentique qui ne sait pas tricher, une décision difficile mais nécessaire s’est naturellement imposée à moi. Un voyage tous frais payés, fut-il le plus beau et le plus enchanteur au monde, ne mérite pas que mes compatriotes et moi souffrions de tels agissements de la part du Consulat de France. Une formation aussi passionnante soit-elle, et Dieu sait que celle-ci m’intéresse vraiment, ne vaut pas la peine de subir ces attitudes qu’on retrouve malheureusement à grande échelle sous les cieux africains. Par souci de cohérence avec mon système de valeurs, j’ai, donc, pris la décision de renoncer, malgré l’obtention du visa.
Renoncer pour le symbole.

Renoncer au nom de tous ces milliers de Sénégalais qui méritent le respect, un respect qu’on leur refuse au sein de ces représentations de la France, en terre sénégalaise, qui plus est.
Cette décision n’est pas une sanction contre des individualités, mais contre un système généralisé qui, malgré les dénégations de mes concitoyens, semble ne pas avoir l’intention de se remettre en cause.

Par ailleurs, je trouve particulièrement ironique que l’intitulé partiel de la formation à laquelle je ne prendrai pas part soit : « La France est-elle toujours la Patrie de Droits de l’homme. Jusqu’à quel point les Français sont-ils des citoyens d’Europe, du monde? » Cela aurait, sans aucun doute, fait un intéressant sujet de documentaire vu d’une perspective africaine et j’espère, avoir l’occasion, par d’autres voies et moyens, de participer à une future formation CultureLab.
Je tiens à remercier, l’Institut Français tout de même, pour l’initiative de ce concours, qui, à mon avis mériterait de continuer à exister, voire se tenir à fréquence plus régulière et ce, pour stimuler l’émulation intellectuelle entre jeunes Sénégalais et pour le plaisir des amoureux de la langue française, dont je fais partie.

Madame la Préposée au Guichet du Consulat de France - je ne connais pas votre nom, mais je vous dis au sujet de ce visa dont je ne me servirai pas : Non, merci.
Fièrement, sincèrement et Africainement vôtre.

Bousso Dramé, 20 juin 2013

Repost 0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 12:06

Merci à Henri Texier !

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Coup de coeur
commenter cet article
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 07:50

Nadège me transmet des liens vers ces vidéos : la même chanson (Asa Branca) interprétée de façon radicalement différente. D'abord par Luiz Gonzaga puis par Caetano Veloso. Discorama en 72: ça ne nous rajeunit pas, gast! 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Coup de coeur
commenter cet article
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 06:42

Regardez cette vidéo toute simple, géniale dans sa simplicité : Bobby Mc Ferrin fait chanter une salle sur une gamme pentatonique. Sans un mot, avec quelques sauts légers de cabri, le public suit, capte immédiatement les notes...et chante. Ludique, rieur, et universel. Il conclut en disant : «Où que je sois, dans le monde entier, le public comprend aussitôt, et chante ». Universalité quasi corporelle de cette échelle utilisée par les Pygmées ou les jazzmen, les Celtes ou les chanteurs de toute la planète.

 

C'est beau ! Mais j'admire aussi le sens de la pédagogie, du jeu. C'est un modèle que j'essaierai de suivre avec les enfants. Des instants comme celui là nous font tutoyer le ciel.

 

J'ai fait quelques chansons en employant cette gamme, et j'y trouve un plaisir mélodique très particulier (Négro Maigro, ou Petit bébé tout nu). J'ai le sentiment d'approcher la racine du chant, même si ma voix est très loin de celle de l'ange Bobby Mc. Ferrin...

 

Merci à Henri Texier qui m'a transmis cette vidéo. (J'ai déjà publié cet article dans les débuts de ce blog, mais ça mérite vraiment le détour et le retour, non!)

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de coeur
commenter cet article
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 21:42

Singing in angliche please, because il ne le send not to say (il ne l'envoie pas dire!). 

Renaud, we love you!

Mais quand même, peace à ton âme, Miss Maggie...

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de coeur
commenter cet article