Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 août 2017 1 28 /08 /août /2017 21:07

Il m'est arrivé de traduire, ou plutôt d'adapter des textes de l'anglais (W.H. Auden...) ou de l'allemand  (Bertolt Brecht, Goethe...). C'est toujours un exercice passionnant, qui exige patience, artisanat, virtuosité, humilité. Si par malheur on a décidé de conserver dans la traduction un système rimé, on traverse l'enfer froid de l'échec, an ifern yen, et chaud de la passion, car c'est passionnant !

 

J'ai découvert il y a plusieurs années un poème d'Emily Dickinson, affiché dans une rame de métro parisien pendant le mois de la poésie. Il m'a donné un petit coup à l'estomac, signe qui ne trompe pas, et comme je n'avais rien pour noter, je l'ai aussitôt appris par coeur. C'est vrai, il n'est pas bien long ! mais  j'étais heureux de mettre ma mémoire à l'épreuve vu que dans l'ensemble, elle est plutôt boiteuse. 

 

Quand j'ai recherché sur le web l'original de ce texte, j'en ai trouvé plusieurs traductions. Je vous laisse juges. 

 

Water is taught by thirst

Land - by the ocean passed

Transport - by throe -

Peace - by it's battle told -

Love, by Memorial Mold

Birds, by the snow

 

On apprend l'eau - par la soif

La terre - par les mers qu'on passe

L'exaltation - par l'angoisse -

La paix - en comptant ses batailles -

L'amour - par une image qu'on garde

Et les oiseaux - par la neige

 

On apprend l'eau par la soif

La terre par les voyages en mer

La passion par les affres

La paix par les récits de guerre

L'amour par la mort

Les oiseaux par l'hiver

 

L'Eau, c'est par la soif qu'on la sait.
Le Sol — par l'Océan passé.
L'Envolée — par le piège —
La Paix — par ses récits de lutte —
L'Amour, par le Marbre d'un Buste —
Les Oiseaux, par la Neige.

 

Chacun a ses qualités et ses défauts...Je préfère le deuxième, même s'il n'est pas le plus fidèle,  sans doute parce que c'est lui qui m'a ému dans le métro. Et comme il rime, je l'ai mis en musique. Je vous le proposerai... un jour.

 

Merci aux traducteurs, inconnus, et à Emily, disparue.

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de coeur
commenter cet article
30 juillet 2017 7 30 /07 /juillet /2017 06:20

Il paraîtrait que les origines de l'humanité se trouvent en Ethiopie. En écoutant la pianiste Emahoy Tsegue Maryam Guebrou, j'aurais tendance à croire qu'elle est sortie tout droit du jardin d'Eden. Sa musique est un chant d'oiseau, léger et tranquille, proche du pentatonique, mais un peu blues, jazzy, simple comme bonjour, fraîche comme un premier matin de printemps doux et ensoleillé.

 

Je l'illustrerais bien avec une peinture du Douanier Rousseau. Mais ce serait de l'abus de pouvoir.

 

Vous pouvez vous abonner à ce blog en inscrivant votre mail dans la colonne de droite

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de coeur
commenter cet article
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 13:47

Dans mon top dix des dix ou vingt dernières années, je crois que ce titre de Robert Wyatt serait en bonne place. Quel charme.... quelle virtuosité harmonique ! Mais n'hésitez pas à l'écouter plusieurs fois, le plaisir n'en sera que plus grand.

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de coeur
commenter cet article
31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 07:52

La Grange Théâtre c'est à Thourie (35) perdu dans la campagne bretonne. Un de ces lieux créés par des fous rêveurs qui n'attendent pas l'argent pour se lancer à l'aventure. Ils s'embarquent pour la traversée, la passion pour boussole, et vogue le navire, qui souvent ressemble à une galère, mais qu'importe : il avance et fend la vague.

 

L'autre jour, dans une une programmation digne d'un petit festival, (quatre groupes ou artistes dans la même soirée !) un énorme coup de coeur : Oudside Trio. (à ne pas confondre avec Outside Duo, qui n'est pas mal non plus). Louis Boudot, Charles Blandin aux guitares, et Florian Baron au oud (d'où le nom). Trois virtuoses épatants, qui maîtrisent leur instruments sur le bout des doigts, mais aussi la musique dans tous ses ébats. Inventivité, énergie, groove, rigueur... tout ce qu'on demande à un musicien est là multiplié par trois, par douze, par mille. Ils se répondent et dialoguent sans se marcher sur les pieds ni sur les doigts : ils se respectent, ne sont pas dans la compétition, ce que j'apprécie pour avoir parfois assisté à des concerts qui tiennent plus de l'athlétisme que de la musique. Ils nous offrent un vrai feu d'artifice. Autant dans les compositions personnelles que dans les reprises (Caravan, softly...) ils sont bluffants.

 

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de coeur
commenter cet article
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 13:06

Quand j'étais gamin, on écoutait religieusement et en famille le Grenier de Montmartre, une émission du dimanche midi qui était sur l'ancêtre de France Inter. Actualité politique, satires de discours, et chansons détournées, qui se déroulaient dans les cabarets parisiens. Mes parents riaient à gorge déployée, et j'avais du plaisir à les voir rire, même si je n'y comprenais rien.

 

Les Goguettes (en Trio mais à quatre !) sont les dignes successeurs de ces lointains comiques : pointes acérées, chansons affûtées, détournements habiles : intelligence, finesse, esprit, distribution de vannes, nul n'en réchappe, Hollande, Vals, Juppé, Bygmalion, HSBC, Mélenchon et Macron bien sûr. Et les Goguettes ont le talent  de la réactivité, capables de modifier les paroles en fonction de l'actualité la plus brûlante ou de créer une chanson sur le sujet de la veille, voire du jour ! Bravo ! On rit une bonne heure durant : courez y, ça fait tellement de bien de se moquer des puissants.

 

Evidemment, c'est à Paris, en attendant que leur renommée leur fasse remplir les salles de la France entière : c'est le mardi à 19h45 au Théâtre Trévise, rue de Trévise - 9ème.

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de coeur
commenter cet article
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 07:12

Si tu as un doute sur la France métissée, si tu as un doute sur la jeunesse, si tu as un doute sur la qualité et l'avenir de la langue, file au ciné : "A voix haute" de Stéphane de Freitas. C'est passé il y a quelques mois sur France 2 et et il m'a ému aux larmes !

 

Le concours Eloquentia propose aux jeunes de l'université de Saint Denis de s'affronter dans des joutes oratoires, mais surtout  de s'affronter à eux mêmes en cultivant l'art de la parole. "La parole est une arme" est l'un des slogans clés de l'un de leur profs, qui vont les guider pendant plusieurs semaines. Ensuite, il y aura des éliminatoires, des 8èmes, des quarts, des demies finales et une finale avec un vainqueur tout à fait bluffant.


 

Mais en réalité, ils sont tous gagnants, car tous, ils découvrent la puissance du mot, la puissance de cette énergie qu'ils ont en eux et qu'ils ne soupçonnaient pas pour la plupart. Assister à cette découverte, voir les talents qui se déploient, est littéralement bouleversant. Et découvrir au passage l'amour qu'ils portent à leur pays, à notre pays, à leur langue, c'est un bonheur absolu. On a le droit à des poèmes enflammés, des improvisations bigarrées, qui me laissent  KO debout par leur inventivité et leur passion. 

 

Et si ensuite, tu as encore des doutes sur la richesse immense de cette jeunesse de toutes les couleurs, va donc chez Trump !

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de coeur
commenter cet article
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 08:07

J'ai parfois un brin de nostalgie pour ces chansons idiotes de mon enfance que chantait avec talent mon grand père. Aujourd'hui, en l'honneur de Mademoiselle Beguin, dont c'est l'anniversaire, un extrait de "L'auberge du cheval blanc", célébrissime opérette.

 

Et j'en profite pour vous ressasser l'info du mois

(qui sera bientôt l'info de l'année)

mon album

"hip hip hip... pirates !"

vient de sortir !

- Non ???

- Mais si !

 

 

 

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de coeur
commenter cet article
3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 08:18

Peut être verserez vous une larme, comme moi, à la fin de cette vidéo.

 

Ce test "devrait être obligatoire" dit l'une des participantes... Ce film devrait passer en boucle sur toutes les chaines, et être montré dans toutes les écoles, dans tous les bistrots. Et en priorité dans tous les lieux où l'on divise sous couvert de rassembler.

 

Découvrir qu'on fait tous partie d'une même famille, au sens propre, est une émotion d'une violence incroyable et positive.

 

Je crois de plus en plus que l'humanité n'est qu'un seul être, divisé en milliards de cellules. 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de coeur
commenter cet article
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 22:55

Une machine à musique extraordinaire, pleine de billes de métal, de bouts de bois, d'engrenages, et qui fait une musique pas désagréable. Performance inutile, mais magnifique !

 

Et figurez vous que sur  presque 33 millions de vues, il y a 6567 mauvais coucheurs qui ont mis le pouce en bas: "beurk, j'aime pas" ! l'humanité me stupéfie !

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de coeur
commenter cet article
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 09:03

Je vous offre pour ce début d'année ce titre extrait de l'album Quarter to Six du Idan Raichel Project, avec la voix magnifique d'Andreas Scholl : une pure merveille de douceur. 

 

Pourtant, c'est un poème très ancien (de Friedrich Spee) d'une profonde tristesse, voire même de deuil.  Comment se fait-il que cette nostalgie nous fasse du bien ? C'est l'un des grands mystères de la musique.

 

Que l'année nouvelle soit joyeuse.

In stiller nacht, zur ersten Wacht,

ein Stimm begunnt zu klagen,

der nächtge Wind hat süß und lind

zu mir den Klang getragen;

von herbem Leid und Traurigkeit

ist mir das Herz zerflossen,

die Blümelein, mit Tränen rein

hab ich sie all begossen.

 

Der schöne Mond will untergahn,

für Leid nicht mehr mag scheinen,

die Sterne lan ihr Glitzen stahn,

mit mir sie wollen weinen.

Kein Vogelsang, noch Freudenlang

man höret in den Lüften,

die wilden Tier traurn auch mit mir

in Steinen und in Klüften.

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Coup de coeur
commenter cet article