Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 16:05

Qui suis je? Chanteur depuis le début des années 70, j'ai traversé pas mal de modes, quelques succès et quelques revers, et vis toujours, en Bretagne, (mais je sors!) de mon métier et de ma passion, 40 ans plus tard.

Ici, donc, des récits de spectacles, des réflexions sur la chanson, la musique, sur les chansons, et je me permets même parfois de parler d'autre chose, lectures, rencontres, coups de coeur. Chacun peut s'abonner (anonymement : je n'ai connaissance de votre adresse mail que si vous me la transmettez) et être ainsi tenu au courant des nouvelles parutions, au rythme très irrégulier de 5 à 6 articles par mois. Tous les détails (albums, calendriers, chansons, etc...) sont sur mon site : www.gerarddelahaye.com

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Le métier de chanteur
commenter cet article
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 22:51

Cet ouvrage conséquent par le poids et la taille (près de 350 pages grand format, et un paquet de photos) retrace toute l'histoire du rock en Bretagne, dans toutes les grandes villes sans oublier Nantes. Il passe en revue tous les groupes, car il s'agit presque toujours de groupes, qui ont peu ou prou agité leurs mèches, même si certains étaient gominés, et gratté leurs guitares depuis le début des années 60, quand les amplis avaient une puissance de ...8 watts, et que le désir de « faire américain » tenait souvent lieu de talent.

Rok

 

Dans ce premier tome qui couvre les années 60, 70 et 80 (l'entreprise est d'envergure) on retrouve donc les Loups Noirs, les Jerrys, mais aussi of course Marquis de Sade et Etienne Daho. Pas mal de contributeurs journalistes et spécialistes de la musique y ont apporté leur contribution, dont Jean Théfaine, Olivier Polard (qui est l'auteur de « 40 ans de Rock à Brest » sorti il y a quelques années) ou Frank Darcel . J'ai eu quelques sursauts de nostalgie en lisant les lignes sur la Cave Vauban, à Brest, où j'ai  connu les premiers frissons des premières scènes. Pas du tout dans un groupe rock, d'ailleurs, mais comme chanteur-guitariste de l'orchestre Jean Gillet : grande école ! Un seul regret, très personnel : pas un mot sur les Schlinders (ils avaient emprunté leur nom à la marque d'ascenseurs), pour lesquels j'ai eu une admiration sans borne pendant leur courte vie de trois mois dans le quartier du Bouguen. Grave lacune d'érudition !


Et surprise ! Dans "Rok" ( sans le "c" ça ferait plus breton, paraît-il) on trouve un historique de Névénoé, le plus juste que j'aie lu jusqu'à présent. L'article signé Alain-Gabriel Monot conte les rencontres, les réflexions, les qualités et les travers de cette expérience, sous le titre : « Névénoé, Coopérative utopique ». J'en ai déjà parlé dans ce blog, il y a environ un an, au sujet de l'album la Faridondaine, qui fut le premier du catalogue, avec le N° NOE 30.001 (on avait de la marge!).


Si je dis « surprise », c'est que je ne m'attendais certes pas à voir Névénoé englobé dans le phénomène purement rock. « Folk rock poétique », je ne dis pas. Mais il y avait probablement des pseudopodes rock n' rollesques: les Beatles, Dylan, les Stones faisaient ouvertement partie de notre pinacle.


Re-surprise, un portrait géant pleine page de votre serviteur, barbe et cheveux à la « berger afghan », regard sur la ligne bleue des Monts d'Arrée, et un autre de Melaine Favennec, en artiste peintre inspiré regard rêveur vers l'intérieur.

 

Moralité, Névénoé fait officiellement partie de l'histoire. C'est-i bien, c'est-i pas bien? On s'en fiche, ce qui compte c'est aujourd'hui.

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans lectures
commenter cet article
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 22:51

Bonne année, que ce soit toujours l'été? Non ce serait ennuyeux. En ces temps de frimas, ce poème m'a touché par sa lumière. C'est sensuel, estival et mystérieux : c'est beau. C'est Rimbaud. (Merci à Fabienne, qui me l'a fait connaître).


Bonne pensée du matin

 

A quatre heures du matin l'été,

Le sommeil d'amour dure encore.

Sous les bosquets, l'aube évapore

L'odeur du soir fêté.

 

Mais là-bas dans l'immense chantier

Vers le soleil des Hespérides,

En bras de chemise, les charpentiers

Déjà s'agitent.

 

Dans leur désert de mousse, tranquilles,

Ils préparent les lambris précieux

Où la richesse de la ville

Rira sous de faux cieux.

 

Ah ! pour ces ouvriers charmants

Sujets d'un roi de Babylone,

Vénus ! laisse un peu les Amants

Dont l'âme est en couronne

 

Ô reine des bergers! Porte aux travailleurs 

l'eau-de-vie.

Pour que leurs forces soient en paix

En attendant le bain dans la mer à midi.

 

Arthur Rimbaud

 

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de coeur
commenter cet article
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 09:07

Cité par Percy Kemp : « l'appauvrissement n'est pas qu'un problème de perte d'argent, mais d'augmentation de l'avidité ». 

 

J'aurais dû noter plus d'éléments (qui l'a dit, où...)...mais non. Sorry !

 

Ah, ça y est : Cette phrase serait de...Platon ! Rien de neuf sous le soleil. Merci à Constantin Simonescu pour l'info! 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans La phrase du jour
commenter cet article
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 09:08

bonhomme de neigeIl neige, et le chanteur « jeune public «  fait partie de ceux qui ont un pic d'activité (comme on dit en économie) en décembre, miz du, en breton : mois noir. Mois blanc, plutôt, cette année, puisque ça n'arrête pas de blanchir. Et je suis passé jusqu'à présent entre les gouttes, pardon, entre les flocons, mais cette fois, c'est arrivé, boum : « on annule ? on reporte?  ». Hier, pour atteindre Pleubian, au nord des Côtes d'Armor, où on devait jouer le soir « 1000 chansons », Dominique le valeureux a bravé froid, verglas, gendarmes et glissades, avant de faire demi tour, vaincu, entre Carhaix et Guingamp. Pendant ce temps, les téléphones chauffaient pour moi entre Pleubian, Rennes, Redon, Pontivy, Morlaix : faut il annuler, faut il reporter? Bien sûr, on pouvait faire la route en prenant quelques risques. Mais y aurait il seulement du public dans la salle le soir? L'annulation? Rien de plus triste, de plus frustrant! J'ai voté pour le report du concert, on verra en janvier ou février.

 

le canon des flocons

 

P: J.L. Moreau (traduit du russe)

M: G. Delahaye

 

voitures-neige.jpgJ'avais déjà frôlé la cata il y a quinze jours : la RN12 était coupée à Lamballe, et j'ai eu la sagesse de m'arrêter à Morlaix le soir au lieu de rejoindre mes pénates à tout prix. J'ai évité peut être une nuit dans la 807. Le lendemain, j'ai dû faire un quasi Tro Breizh en rejoignant Rennes par Brest, Quimper, Lorient, Ploermel. Quel beau petit pays ! On se serait cru dans la chanson « le Port de Concarneau ».

 

En réalité, le mois de décembre est souvent un florilège du spectacle occasionnel. Et de toutes ses qualités et faiblesses. Rappelez vous l'an dernier, à Lesconil, par exemple. Certes, j'ai joué à l'Olympia (ça sert surtout à s'en glorifier toute une vie !) mais dans les salles des fêtes surannées ou les salles polyvalentes, il n'est pas rare qu'on te colle avec les tables et les chaises derrière la scène dans le local non chauffé. Ça a le mérite de te maintenir à un certain degré d'humilité, si jamais tu avais des doutes sur ta vraie place ! Du coup, j'ai l'habitude de passer la trêve de Noël en mouchant, et parfois d'en garder le souvenir jusqu'au mois de mars, voire avril, ou mai, en me demandant si les membres organisateurs des CE ou des assos habitent eux aussi dans des espaces balayés une fois tous les deux ans, et dont la déco est proche d'un centre de rétention sibérien sous Staline.

 

Décidément, il faut que je balance mon vieux Nokia pour un appareil qui me permettra de vous présenter des preuves en images ! Vous n'en croirez pas vos oeils !

 


La danse des flocons

 

P: G. Delahaye - Y. Le Men
M: G. Delahaye

 

 


Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Le métier de chanteur
commenter cet article
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 09:19

Times-are-changing.jpg

 

Tant de paramètres réunis : c'est presque miraculeux ! Heureusement,  on peut aussi en rire !

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans humeur !
commenter cet article
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 08:07

Il faut bien se glorifier, sinon, qui le fera? Hé bien, si, justement, voici d'autres que moi qui en parlent : quelques échos de journalistes avertis qui ont apprécié l'album "1000 chansons". Extraits de presse, articles ou séquences radios /TV. Notez que pour le moment, il n'y a que de la presse régionale, et je crains fort que la situation soit bloquée !

      PS : Mais vous aussi vous pouvez donner ici vos commentaires sur cet album ! 

 

1000 ch visuel simple   1000 ch visuel simple  1000 ch visuel simple  1000 ch visuel simple  1000 ch visuel simple

 

* Décembre 2010 : rien à voir avec l'album "1000 chansons", mais une chronique de Bertrand Dicale sur France Info (Ces chansons qui font l'histoire") fait une place à "Etre un Père Noël c'est pas marrant".


* Décembre 2010, jolie chronique de Michel Toutous dans Armen

...On sait l’intérêt que l’auteur-compositeur-interprète porte à la signification profonde des mots. Rien n’est réellement innocent. Ainsi “Roméo et Julia” va bien plus loin qu’une banale histoire d’amour...

* Décembre 2010, chronique de Pierre Morvan dans le Peuple Breton

"Gaîté, fraîcheur...Superbe, féroce...Un peu d'humanité dans un monde de brutes"...

* Décembre 2010 : une chronique enthousiaste de Bruno Parmentier Bernage sur le site "L'arbre à musique", dédié à la musique pour les enfants et à l'éducation musicale.

"...En résumé : courez les yeux fermés acheter ce Cd. C'est magnifique. Bravo Gérard !"

* 25 novembre 2010 : "Le Métropolitain" sur TV Rennes 35.

Une demie heure en compagnie de...Gérard Delahaye

* Novembre 2010 : une chronique dans "Témoignage", organe bimensuel de l'ACO (Action Catholique Ouvrière).         

* 23 Novembre 2010 - France 3 Ouest à 18h45 : un portrait de Gérard par Séverine Breton : "1000 chansons" 

* Novembre 2010 : Le Blog de Jean Théfaine "Toutes les musiques que j'aime"

" En clair, voilà un album à recommander d’autant plus chaudement aux parents que son “emballage” (pochette et livret) est somptueusement enluminé par les dessins littéralement merveilleux de l’irlando-nantaise Siobhan Gately."

* Novembre 2010 : sur Alternantes, Radio nantaise, un grand portrait par Gaël Gouret. A écouter ci-dessous (si vous avez le temps, il y en a pour une heure 15 !). Alternantes : 98.1 Nantes - 91 St Nazaire

 

 

* Octobre 2010 : Classement des Radios Quota : "1000 chansons" tient toujours bon la rampe !

* Octobre 2010 : Michel Troadec, Dimanche Ouest France

"...Gérard Delahaye est un as !"

* Octobre 2010 : Radio Club  (Valenciennes-Cambrai-Douai-Lens-Maubeuge)

         Gérard Delahaye : «1000 Chansons de voyage, d’amour, d’eau… »

 

C’est pour fêter la millième chanson qu’il a écrite, que Gérard Delahaye a sorti cet album. Elle se trouve dans les 
12 nouveautés de ce CD. Gérard Delahaye n’ayant pas qu’un répertoire pour enfants, ce disque ressemble à cet 
équilibre qu’il a toujours voulu entre le monde des adultes et celui des petites oreilles et aussi à cet équilibre de
 la vie qui veut que la joie et la tristesse soient chacune sur un fléau de la balance. 
A l’heure où l’on regrette que « La Marseillaise » soit sifflée sur nos stades ou que nos représentants nationaux 
dans le sport ne sachent pas chanter « La Marseillaise », Gérard Delahaye en a refait les paroles. 
Une belle leçon de liberté, d’égalité et de fraternité et un bel exemple qui prouve que les enfants peuvent être
 sensibles à ce qui tracasse les adultes, pour peu qu’on leur explique les choses.

 * Octobre 2010 , Frédéric Jambon, Le Télégramme

"...pour les 7-12 ans mais aussi pour tous les autres qui aiment chanter, frémir, deviner, rire, et pourquoi pas, pleurer..."

* Octobre 2010 : Le blog de Fred Hidalgo : Si ça vous chante :         Un "Quichotte" décerné à "1000 chansons"

"...C'est intelligent et passionnant, autant que les musiques et arrangements sont entraînants, pleins d'influences bienvenues en situation, et le chant particulièrement complice"...

 

 * Octobre 2010 : Le blog de Michel Kemper : Nos enchanteurs

"...sans nullement nous infantiliser, Delahaye fait dans l'enfance qui dure toute la vie..."

 

 * Octobre 2010 : ITW sur Radio Nord Bretagne

 

"...des racines trad-folk-rock-world qui inspirent et revitalisent son magnifique répertoire..."

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Mes albums
commenter cet article
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 13:58

 " Mon univers fonctionne mieux avec la musique qu'avec le texte. Les mots viennent se glisser dans la musique, et c'est là qu'ils sont bien habillés"

 "Le but d'un spectacle, c'est d'aller vers le public"

 "La vie et le travail sont tellement mélangés, que quand c'est dur, c'est très dur."

 "Les points d'interrogation sont aussi importants que les réponses"

 "On a toujours l'impression qu'il y a une chanson derrière l'arc en ciel"

 

 

      Présentation en images de Gérard Delahaye (qui se prend pour Alain Delon dans cette phrase...!). Les images de cette vidéo ont été enregistrées à Montfort sur Meu, au centre Culturel. Réalisation : Séverine Breton. Ce sujet a été  diffusé sur France 3 Ouest fin Novembre 2010.

Lumières scène : Dominique Thiboulet, son de scène : Thibaut Galmiche, équipe France 3 Ouest : T. BouillyJ. Le QuiniouT. Descamps.  

Décors : Siobhan Gately / Dominique Thiboulet




Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Mes albums
commenter cet article
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 21:54

 

1962. En 4ème : la guitare est ma passion. Je n’étais pas très sensible aux Stones, désolé! Mais les Beatles, leurs mélodies ouvragées, les harmonies nouvelles toujours élégantes, leur rage électrique aussi…Ils m’ont tout appris et même le reste, et encore aujourd'hui j'apprends à chaque écoute.

 

Au Prytanée, le courrier se distribuait le midi au réfectoire (cantine, restau, self, cafétéria...il y en a eu des appellations depuis !). J'ai un souvenir très précis du moment : le sergent de service de ce jour là s'appelle Chapin et n'a jamais brillé par sa finesse ...C'est un petit gros, un peu faux-derche, avec une voix traînante, on l'appelle Bouboule. Il va et vient dans l'allée centrale, supportant tant bien que mal le brouhaha de cent cinquante ados à la pause de mi-journée, fracas d'assiettes, de couverts, de conversations énervées. De temps à autre, il lance sans grande conviction: "Si-i-ilen-en-en-ce !!!". Le bazar diminue quelques instants avant de repartir de plus belle.

 

En fin de repas, sa pile de courrier à la main, il annonce les noms des veinards, et le rituel est bien huilé : le nommé doit lever le bras. et attendre que Bouboule s'approche. Mais aime prendre son temps pour faire mariner le gagnant.

 

«...Bruel...Zimmer...Catherineau...Guillou»...Whoaouh, super, j'ai une lettre ! Mais il lève le bras, lui aussi, dans un geste théâtral, s'arrête devant notre tablée, et dans le silence relatif qui marque une certaine attention et une attente du prochain nom, il retourne ma lettre et ajoute «et au dos de l'enveloppe, y a écrit : I love you». Huée générale, grognements, hurlements canins, râles et tremblements: cent cinquante petits mâles en mal d'amour éructent leur joie et leur jalousie moqueuse. Je suis rouge comme une crête de coq. Il me tend mon courrier. C'est Ruby, ma correspondante irlandaise qui m'écrit. Je regarde au dos de l'enveloppe. Elle a écrit : «I Love the Beatles» : Et c'est ainsi , dans la douleur, que j'ai découvert ce nom dont on n'avait jamais entendu parler auparavant. Connard de Bouboule !

 

 

Attention, la vidéo  (d'époque) met 15 secondes avant de démarrer pour de bon. Le son de ce titre m'a littéralement rendu fou à l'époque.

 



Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans rencontres
commenter cet article
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 07:56

Génial ! aujourd'hui,  journée John Lennon sur France Culture ! Encore mieux : j'ai 5 heures de bagnole à faire ! Ici, une des plus belles chansons du monde. Nul doute qu'elle va tourner des millions de fois aujourd'hui. Et en l'écoutant chacun aura ce petit pincement de regret : pourquoi ne sommes nous pas capables d'atteindre cet idéal sur terre?   

 

 


Tristesse : John a été assassiné d'un coup de revolver. Comme Gandhi, comme Martin Luther King. Il n'aura jamais 70 ans. Il restera toujours jeune. Je lui ai dédié une chanson, à lui et à ses inspirateurs, : "Quelle drôle de Terre". Pas encore de vidéo,  c'est prévu  pour dans une trentaine d'années, lors du grand hommage rétrospectif de 2040.  

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Une chanson
commenter cet article