Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 08:22

Tu ne pourras pas réparer le moteur si tu n'es pas mécanicien. Mais tu ne deviendras pas mécanicien si tu ne commences pas par réparer le moteur

Bernard Moitessier Tamata ou l'Alliance

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans La phrase du jour
commenter cet article
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 12:58

 

Une fillette : - J'ai pleuré tellement c'était beau.

Moi- Hé bien, dis ! et tu as pleuré pour quelle chanson?

Elle – Ben...Presque tout du long

 

Ouf ! J'ai enfin trouvé l'équilibre de ce spectacle intitulé « 1000 chansons ». Et ça a été long, puisqu'on l'a créé en avril (le récit de la création se trouve ici). Depuis le début, j'étais moyennement satisfait de la courbe que nous avions conçue avec Fred Renno. Un spectacle de chansons, c'est un patchwork de petits moments, tendres, drôles, tristes, carrément délirants, et il faut organiser tout cela en une suite cohérente, qui entraîne le spectateur sans le lasser. Si la courbe est ascendante, ça n'en est que mieux, bien sûr, et c'est souhaitable ! Réunir tous ces éléments du puzzle est très compliqué. Ca ne se fait pas en laboratoire. C'est du live, au sens propre : du vivant.

 

1000 ch visuel simple

 

 

Et j'ai enfin trouvé, toujours sur la structure créée avec Fred, mais en effaçant un titre ici, en rajoutant un autre là, en déplaçant celui ci d'un cran, en rajoutant entre ces deux ci une petite histoire, alors que j'en raccourcis une autre ailleurs. Travail de précision, fondé sur mes sensations, et sur ce que captent mes antennes. J'ai même inventé hier un quart d'heure avant la première représentation une mini chanson toute bête qui me permet de commencer et d'ouvrir avec un petit refrain : « mille chansons, mille chansons... ». Hop ! Jamais je n'aurais osé faire ça autrefois.

 

theatre-avranches.jpgCette fois, dans le petit théâtre d'Avranches, une scène minuscule, où le décor était très serré, ce qui nous convient mieux, nous avons eu la chance de jouer trois fois dans le même lieu. Une fois en « tout public » : des familles mais aussi un centre de loisirs qui m'a bien donné la réplique dont j'ai besoin, choeur de la salle, et deux représentations scolaires, tous âges, du CP au CM2. Et ça vit, ça respire et moi aussi du coup !

 

Et, bonheur suprême, j'ai entendu pour la première fois mes nouvelles chansons chantées par des enfants qui les ont apprises à l'école : « La danse de la pluie », « A Nabatiyeh »...Emouvant. Car d'habitude, c'est « la Vache » ou « Farine de froment » les tubes. Tout à coup, on changeait de planète, et j'en étais moi-même baba ! Quant à « Voilà les Pirates ! » n'en parlons même pas : c'est le délire absolu ! Et pour reprendre la confidence de la fillette Jdu début, e me rends compte que ce spectacle est bien plus riche que les précédents dans la variété d'émotions qu'il propose : la palette va  de la marche funèbre au chahut pirate organisé, en passant par des tas de paysages. 

 

Je le sais pourtant et je le dis toujours : créer un nouveau spectacle, c'est créer un nouvel instrument, et il faut apprendre à en jouer. Aujourd'hui, je sais enfin jouer de « 1000 chansons » !


1000-ch-avranches.JPG

 

Et ici, un petit compte rendu par les enfants eux mêmes (très laconique!) sur le blog de leur école.


Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans concerts
commenter cet article
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 06:54

Il peut s'en passer des choses étonnantes "sous l'hangar", mais là, ça dépasse l'imaginable...J'ai choisi cette version de la vidéo parce que l'image est très bonne, mais l'intéressant commence à 1'26 et l'extraordinaire autour de 2'. Scotché, que j'ai été : vous le serez itou. Et ça date de 1944, paraît-il ! 

(merci à Henri Texier!)

 

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de coeur
commenter cet article
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 16:33

Ca devient une tradition...Alors, après celle de 2010, voici l'édition 2011, un ptit bleu plein de voeux.

 


Onze Blues

P1050068.JPG

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Chansons inédites
commenter cet article
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 16:05

Qui suis je? Chanteur depuis le début des années 70, j'ai traversé pas mal de modes, quelques succès et quelques revers, et vis toujours, en Bretagne, (mais je sors!) de mon métier et de ma passion, 40 ans plus tard.

Ici, donc, des récits de spectacles, des réflexions sur la chanson, la musique, sur les chansons, et je me permets même parfois de parler d'autre chose, lectures, rencontres, coups de coeur. Chacun peut s'abonner (anonymement : je n'ai connaissance de votre adresse mail que si vous me la transmettez) et être ainsi tenu au courant des nouvelles parutions, au rythme très irrégulier de 5 à 6 articles par mois. Tous les détails (albums, calendriers, chansons, etc...) sont sur mon site : www.gerarddelahaye.com

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Le métier de chanteur
commenter cet article
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 22:51

Cet ouvrage conséquent par le poids et la taille (près de 350 pages grand format, et un paquet de photos) retrace toute l'histoire du rock en Bretagne, dans toutes les grandes villes sans oublier Nantes. Il passe en revue tous les groupes, car il s'agit presque toujours de groupes, qui ont peu ou prou agité leurs mèches, même si certains étaient gominés, et gratté leurs guitares depuis le début des années 60, quand les amplis avaient une puissance de ...8 watts, et que le désir de « faire américain » tenait souvent lieu de talent.

Rok

 

Dans ce premier tome qui couvre les années 60, 70 et 80 (l'entreprise est d'envergure) on retrouve donc les Loups Noirs, les Jerrys, mais aussi of course Marquis de Sade et Etienne Daho. Pas mal de contributeurs journalistes et spécialistes de la musique y ont apporté leur contribution, dont Jean Théfaine, Olivier Polard (qui est l'auteur de « 40 ans de Rock à Brest » sorti il y a quelques années) ou Frank Darcel . J'ai eu quelques sursauts de nostalgie en lisant les lignes sur la Cave Vauban, à Brest, où j'ai  connu les premiers frissons des premières scènes. Pas du tout dans un groupe rock, d'ailleurs, mais comme chanteur-guitariste de l'orchestre Jean Gillet : grande école ! Un seul regret, très personnel : pas un mot sur les Schlinders (ils avaient emprunté leur nom à la marque d'ascenseurs), pour lesquels j'ai eu une admiration sans borne pendant leur courte vie de trois mois dans le quartier du Bouguen. Grave lacune d'érudition !


Et surprise ! Dans "Rok" ( sans le "c" ça ferait plus breton, paraît-il) on trouve un historique de Névénoé, le plus juste que j'aie lu jusqu'à présent. L'article signé Alain-Gabriel Monot conte les rencontres, les réflexions, les qualités et les travers de cette expérience, sous le titre : « Névénoé, Coopérative utopique ». J'en ai déjà parlé dans ce blog, il y a environ un an, au sujet de l'album la Faridondaine, qui fut le premier du catalogue, avec le N° NOE 30.001 (on avait de la marge!).


Si je dis « surprise », c'est que je ne m'attendais certes pas à voir Névénoé englobé dans le phénomène purement rock. « Folk rock poétique », je ne dis pas. Mais il y avait probablement des pseudopodes rock n' rollesques: les Beatles, Dylan, les Stones faisaient ouvertement partie de notre pinacle.


Re-surprise, un portrait géant pleine page de votre serviteur, barbe et cheveux à la « berger afghan », regard sur la ligne bleue des Monts d'Arrée, et un autre de Melaine Favennec, en artiste peintre inspiré regard rêveur vers l'intérieur.

 

Moralité, Névénoé fait officiellement partie de l'histoire. C'est-i bien, c'est-i pas bien? On s'en fiche, ce qui compte c'est aujourd'hui.

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans lectures
commenter cet article
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 22:51

Bonne année, que ce soit toujours l'été? Non ce serait ennuyeux. En ces temps de frimas, ce poème m'a touché par sa lumière. C'est sensuel, estival et mystérieux : c'est beau. C'est Rimbaud. (Merci à Fabienne, qui me l'a fait connaître).


Bonne pensée du matin

 

A quatre heures du matin l'été,

Le sommeil d'amour dure encore.

Sous les bosquets, l'aube évapore

L'odeur du soir fêté.

 

Mais là-bas dans l'immense chantier

Vers le soleil des Hespérides,

En bras de chemise, les charpentiers

Déjà s'agitent.

 

Dans leur désert de mousse, tranquilles,

Ils préparent les lambris précieux

Où la richesse de la ville

Rira sous de faux cieux.

 

Ah ! pour ces ouvriers charmants

Sujets d'un roi de Babylone,

Vénus ! laisse un peu les Amants

Dont l'âme est en couronne

 

Ô reine des bergers! Porte aux travailleurs 

l'eau-de-vie.

Pour que leurs forces soient en paix

En attendant le bain dans la mer à midi.

 

Arthur Rimbaud

 

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de coeur
commenter cet article
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 09:07

Cité par Percy Kemp : « l'appauvrissement n'est pas qu'un problème de perte d'argent, mais d'augmentation de l'avidité ». 

 

J'aurais dû noter plus d'éléments (qui l'a dit, où...)...mais non. Sorry !

 

Ah, ça y est : Cette phrase serait de...Platon ! Rien de neuf sous le soleil. Merci à Constantin Simonescu pour l'info! 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans La phrase du jour
commenter cet article
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 09:08

bonhomme de neigeIl neige, et le chanteur « jeune public «  fait partie de ceux qui ont un pic d'activité (comme on dit en économie) en décembre, miz du, en breton : mois noir. Mois blanc, plutôt, cette année, puisque ça n'arrête pas de blanchir. Et je suis passé jusqu'à présent entre les gouttes, pardon, entre les flocons, mais cette fois, c'est arrivé, boum : « on annule ? on reporte?  ». Hier, pour atteindre Pleubian, au nord des Côtes d'Armor, où on devait jouer le soir « 1000 chansons », Dominique le valeureux a bravé froid, verglas, gendarmes et glissades, avant de faire demi tour, vaincu, entre Carhaix et Guingamp. Pendant ce temps, les téléphones chauffaient pour moi entre Pleubian, Rennes, Redon, Pontivy, Morlaix : faut il annuler, faut il reporter? Bien sûr, on pouvait faire la route en prenant quelques risques. Mais y aurait il seulement du public dans la salle le soir? L'annulation? Rien de plus triste, de plus frustrant! J'ai voté pour le report du concert, on verra en janvier ou février.

 

le canon des flocons

 

P: J.L. Moreau (traduit du russe)

M: G. Delahaye

 

voitures-neige.jpgJ'avais déjà frôlé la cata il y a quinze jours : la RN12 était coupée à Lamballe, et j'ai eu la sagesse de m'arrêter à Morlaix le soir au lieu de rejoindre mes pénates à tout prix. J'ai évité peut être une nuit dans la 807. Le lendemain, j'ai dû faire un quasi Tro Breizh en rejoignant Rennes par Brest, Quimper, Lorient, Ploermel. Quel beau petit pays ! On se serait cru dans la chanson « le Port de Concarneau ».

 

En réalité, le mois de décembre est souvent un florilège du spectacle occasionnel. Et de toutes ses qualités et faiblesses. Rappelez vous l'an dernier, à Lesconil, par exemple. Certes, j'ai joué à l'Olympia (ça sert surtout à s'en glorifier toute une vie !) mais dans les salles des fêtes surannées ou les salles polyvalentes, il n'est pas rare qu'on te colle avec les tables et les chaises derrière la scène dans le local non chauffé. Ça a le mérite de te maintenir à un certain degré d'humilité, si jamais tu avais des doutes sur ta vraie place ! Du coup, j'ai l'habitude de passer la trêve de Noël en mouchant, et parfois d'en garder le souvenir jusqu'au mois de mars, voire avril, ou mai, en me demandant si les membres organisateurs des CE ou des assos habitent eux aussi dans des espaces balayés une fois tous les deux ans, et dont la déco est proche d'un centre de rétention sibérien sous Staline.

 

Décidément, il faut que je balance mon vieux Nokia pour un appareil qui me permettra de vous présenter des preuves en images ! Vous n'en croirez pas vos oeils !

 


La danse des flocons

 

P: G. Delahaye - Y. Le Men
M: G. Delahaye

 

 


Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Le métier de chanteur
commenter cet article
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 09:19

Times-are-changing.jpg

 

Tant de paramètres réunis : c'est presque miraculeux ! Heureusement,  on peut aussi en rire !

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans humeur !
commenter cet article