Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 22:42

 

 

Si tu ne vis pas comme tu penses, tu finiras par penser comme tu vis.

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans La phrase du jour
commenter cet article
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 21:26

Enregistrement janvier 2011c

 

Les connaisseurs savent déjà qu'on a mis le nouvel album en chantier il y a quelques mois, répés, écriture, composition. Il est vrai qu'on avait droit de plus en plus souvent à des manifs : "un autre, un autre ! Quatre ans c'est trop"...Oui, il est vrai aussi que le CD TRI MEN date de 2007 et que quatre années, ça semble être notre rythme de croisière, puisque KAN TRI était sorti en 2003. Et voici oh ! mes frères et soeurs, que l'enregistrement est en cours, scoop ! Alors nous vous annonçons la sortie en octobre 2011 en magasins.

 

Sauf si...Sauf si vous souscrivez en téléchargeant et en expédiant le bulletin de commande ! Ainsi vous recevrez l'album un mois avant tout le monde, nananèreu, un mois avant la sortie en magasins : vous vous ferez plaisir, vous nous donnerez un coup de main pour la production, et vous aurez droit à notre reconnaissance éternelle. Bien sûr, il y a des méthodes plus dignes du XXIè siècle, Paypal par exemple, marche bien itou. Tout est sur le bon de commande.

 

Allez, pour vous allécher, voici un petit fragment de la Vérité :

 

                                       exterieur digisleeve

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Trio Ewen Delahaye Favennec
commenter cet article
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 06:38

souleymane-diamanka.jpg

 

 

Souleymane Diamanka est un slameur sénégalais qui vit en France. Je ne le connaissais pas avant cette semaine, il est donc probable que c'est aussi votre cas. Vous aurez une idée de la classe de l'artiste en allant voir cette page, une brève présentation où on trouve aussi une vidéo de "Dansez sous la tempête", partagée avec Bertrand Cantat

 

"Laissez le soleil sécher vos larmes s'il vous plaît

Dansez sous la tempête que la pluie essuie vos plaies"...

 

Souleymane  était invité au Festival Etonnants Voyageurs le week end dernier. Il y a quelques mois, Melani Le Bris, directrice adjointe du festival,  lui a fait passer "le printemps", mon album sorti en...1978. Et il l'écoute en boucle depuis. Comme Elie Guillou ( pour les non initiés, mon nom est : Gérard Guillou- Delahaye...) participait aussi à Etonnants Voyageurs avec son spectacle "Paris - Brest", est née l'idée de partager une de mes chansons à trois pendant les scène slam qui ont lieu l'après midi. Souleymane a choisi "la Ballade des trois rois".  Et voici que pendant que je m'escrimais en vain à convertir ma vidéo Iphone pour en faire quelque chose d'acceptable, un plus rapide a mis en ligne ce petit événement, très touchant pour moi : chanter avec mon fils et un jeune slammeur africain une chanson de ma jeunesse.

 

Evidemment, une guitare nylon pour un type comme moi qui joue avec des cordes en acier tirant médium, c'est un peu mou...Mais à la guerre comme à la guerre !

 


Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans rencontres
commenter cet article
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 20:53

Jean Yves et Véro ont acheté il y a quelques années un ensemble de bâtiments, une ancienne ferme.

Au milieu du domaine trônait un vieux hangar au sol de terre battue, qui avait dû voir passer moult tracteurs et toutes sortes de machines agricoles, de la paille, du foin, des bêtes...Qu'en faire ? Au fil des mois, des années, l'hangar a abrité des fêtes familiales, des fêtes d'anniversaire, des festou noz, on y a creusé une cave pour abriter diverses richesses liquides et solides, et un plancher costaud pour porter quelques centaines de pieds en transe, et voilà l'hangar ressuscité.

KERFOLK


Quand le Trio Ewen Delahaye Favennec débarque dans ce chaudron brûlant, (précédés par un Gandalf plus vrai que nature, chapeau, cape et canne sonnante !) ça ne rate pas : panne de jus dès la fin du morceau d'intro. Forcément, si on tire trop sur la corde...Léger malaise : ça casse l'ambiance, surtout avec EDF à l'affiche ! Mais dans l'équipe costaud qui tient les rênes de l'hangar, les électriciens s'affairent, et le 220 se remet à couler dans les veines électriques. Il coule aussi dans les nôtres et dans celles des quelques centaines de fans, obligés de nous servir des "standing ovation" à chaque titre, car de chaises, point : sauf pour les toutes premières arrivées (rien que des dames) motivées par la rareté du mobilier sustentateur, elles sont à poste dès 20h15 et s'accrochent à leur conquête à quatre pieds. Les autres dansent, chantent et supportent vaillamment le mal de dos que nous leur infligeons 90 minutes durant. Et je dois dire que, mis à part les Vieilles Charrues, on n'a jamais vu le Trio porté par une ferveur aussi puissante ! Les choeurs du public sont fournis et généreux, les applaus si intenses et longs que par moments on se croirait à France Musique, gast ! Comme dirait Patrik : "à un moment donné je me suis pris pour un autre".

EDF-a-Kerfolk.jpg

Bien sûr, ça existe ailleurs qu'en Bretagne, je le souhaite très fort, en tout cas. Car c'est un vrai bonheur de voir sortir de terre un lieu de concerts, de rencontres, d'animation, un lieu de vie, un "centre" au sens propre, culturel, qui rassemble des gens autour de musique, danse, concours de cidre, repas...On y parle breton, mais sans ostentation ni ostracisme, on y rigole beaucoup, plijadur zo ! La vraie vie sans intermédiaire administratif, un cœur battant dans la campagne, qui rassemble et relie, énergise et irrigue plusieurs fois par an une société vivante.

Comment les remercier, les Lan, Bernard, Momo, Véro, Jean Yves...et toute leur équipe de doux fêlés ? En créant des z'hangars partout où c'est possible, dans votre caravane, votre cabane de jardin, votre salon, dans la rue ou dans votre coeur.

 

 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans concerts
commenter cet article
21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 09:32

il est sorti ! Chez tous les disquaires et libraires en Bretagne et chez tous les libraires en France, (aussleus disquaires, peut être, s'il en reste...) le coffret de 9 chansons de votre serviteur, illustrées par Siobhan Gately, illustratrice pleine de talent qui réside à Nantes (en Bretagne, donc !). Elle a déjà commis les décors du spectacle "1000 chansons" et les visuels du Cd du même nom. 

GERARDestRARE1.jpg

Nous récidivons donc dans cette alliance créative avec ce coffret qui contient 9 petits livrets joyeux et colorés : un livret par chanson, et aussi, bien sûr, un genre de best of (j'aime bien le mot "florilège", mais il sonne un peu vieillot, dommage !) . En écoutant le Cd, ou même sans l'écouter, on peut lire, raconter, suivre l'histoire sur les images. Car nous avons pris soin de choisir des chansons qui racontent des histoires. Le prix est modeste : 19,90€...

Et on y retrouvera de vieilles copines:  La Princesse Dorothée, La Tomate qui faisait du stop, (Chanson de toutes les couleurs), les 3 Bigoudènes (Farine de froment)...Et si vous n'êtes pas en France, (j'ai un public international !) vous le trouverez sur le site de Coop Breizh.

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Mes albums
commenter cet article
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 21:18

 

A-t-on vu souvent à l'opéra un chef d'orchestre faire un bis et inviter le public à se joindre au chœur qui chante sur scène? Je ne suis pas spécialiste, mais ce doit un être un phénomène rarissime. C'est pourtant ce qui s'est passé il y a peu, à Rome, en présence de Berlusconi lui même, Riccardo Muti a interrompu la représentation de Nabucco, pour s'en prendre avec élégance et fermeté aux mesures anticulture du gouvernement.

 

C'est fort, émouvant et ça donne un moment d'une intensité rare. La musique n'est pas que de la musique. Les mots sont plus forts que les mots. C'est de la chair, du sang, de l'espoir.

 

Allez voir cette vidéo (et lisez le texte qui l'accompagne sur Agora vox)

 

 


Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans coup de coeur
commenter cet article
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 07:02

guitare

 Comment devient-on un musicien professionnel? « Après avoir été amateur pendant quelques années », semble la réponse la plus plausible. On ne se lance pas de but en blanc dans l'arène, sur la scène, devant un public, sans avoir fait ses armes, pour tester le plaisir, le danger, l'adrénaline, le trac, l'humiliation, la frustration, le bonheur...et j'en passe, de ces émotions qui vous traversent quand vous faites de la scène. Il faut d'abord jouer gratis, ce qui fait l'affaire de tout le monde : celui qui reçoit, bien content d'accueillir une animation, et de pouvoir se défiler si ce n'est pas terrible : « oui, je sais, mais ce sont des amateurs, il faut bien leur mettre le pied à l'étrier ! » ou revendiquer si ça se passe bien : (modeste) « oui... C'est une découverte que j'ai faite, ils débutent mais c'est assez prometteur, ils ont du talent ».

guitare

Mais si tu veux te prouver que tu en as, du talent, ce n'est pas en jouant gratis que tu auras la réponse. Sauf à faire fuir le public par une attitude ou une musique imbuvable, cas relativement rare, à moins de jouer les Didier Super, niche assez réduite en superficie : tout le monde s'en fiche tant qu'il n'a pas à te verser deux ronds. Le seul moyen, hélas, de savoir si tu VAUX vraiment quelque chose, artistiquement, c'est de demander de l'argent. Un patron de bistrot peut t'engager des années de suite sans te donner un radis : il t'aime, il t'adore, tu es son chouchou, il t'adore, continue chéri, tu iras loin...Tiens, je te paye une bière ! Demande lui de te payer plutôt une centaine d'euros net + les charges (si tu es débutant) et tu verras ton prétendu talent fondre comme neige au soleil. Sauf si tu fidélises un public qui va consommer et rapporter de la monnaie à ton employeur. C'est que la musique, le concert, le spectacle sont un marché. Avec ses lois, très subtiles, loi de la jungle, de l'offre et de la demande. Quand j'étais jeune, tout à ma naïveté idéaliste, je m'insurgeais du fait qu'un artiste connu, qui tourne beaucoup, soit payé beaucoup plus cher qu'un inconnu. J'étais vraiment jeune alors, et très bête dans ma vision du marché. En réalité : un artiste, 1000 demandes : cachet multiplié par 1000.

guitar-behringer

Autre aspect de ce marché, et c'est là que je suis encore un peu plus concerné : il y a des hiérarchies, des échelles de salaires, et si les amateurs rajoutent des barreaux en bas de l'échelle (du genre : un groupe de 3 musiciens payés 100 euros tout compris pour la soirée, parce que chacun d'entre eux a d'autres ressources financières, un métier, une retraite...) ceux qui viendront derrière, pour peu qu'ils soient professionnels, se verront envoyer sur les roses quand ils demanderont un tarif forcément plus élevé, puisque c'est leur gagne pain, et qu'ils ont besoin aussi que les charges sociales soient réglées.

gtr.JPG

Je sais, c'est difficile d'être cohérent, qu'on se situe d'un côté ou de l'autre, et parfois on y perd son latin : j'ai signé une pétition il y a deux ou trois ans contre un projet de loi qui voulait rendre obligatoire un salaire minimum et une embauche pour tous les groupes amateurs (y compris bagadou, cercles celtiques, etc, dans le domaine breton). Même si cette proposition émanait de syndicats professionnels et visait à protéger les musiciens professionnels, il me semble que ce serait invivable économiquement, et que ça mènerait ces structures à leur écroulement financier.

gtr

Mais, à l'autre extrême, tous les musiciens qui jouent pour pas un kopeck dans des bars ne se rendent et ne nous rendent pas service : discutez entre vous sur les réseaux sociaux et organisez vous pour ne pas « casser le marché » et ne pas vous faire gentiment plumer par des gens bourrés de bonnes intentions, et qui vous adorent...

 

Cet article est destiné à provoquer quelques réactions...

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Le métier de chanteur
commenter cet article
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 07:15

C'est une déformation professionnelle : j'aime écouter, analyser les musiques, les mélodies, mais aussi la production, le son, mais aussi écouter le texte , son sens, sa poésie, son style : cet ensemble fait une chanson.

 

Bertrand Belin au Festival Mythos à Rennes : j'y étais. Mu par une question : « est ce aussi sibyllin en scène qu'en disque ». Hé bien oui. J'en suis ressorti avec le même point d'interrogation au dessus de la tête : « mais que dit-il au juste ? ». Ce qui est sûr, c'est qu'il dit de la musique : accompagné par une batteuse et un discret guitariste de soutien qui prend parfois la basse, il est lui même excellent guitariste électrique avec un son constant un peu saturé, il joue aux doigts de façon très souple et rythmique, parfois des traits mélodiques très appuyés. Une voix chaude, grave, et des mélodies toutes dans un même moule, avec un phrasé haché qui ne favorise pas toujours la compréhension du texte. Au choix : un peu ennuyeux ou absolument charmant, je parle de « charme », ce mot magnifique qui porte la magie et le mystère. Là, pas de chance, j'étais plutôt du côté de l'ennui. Ce qui ne semblait pas être le sentiment du public qui lui a fait un triomphe.


 

Mais chaque fois que je l'entends à la radio ou dans un magasin au hasard des musiques « d'ambiance », je m'arrête en me disant : » ah oui ! il y a quelque chose ». Mais quoi ? Mystère et boule de gomme. C'est le charme...


Je partage donc avec vous le premier coup de cœur que j'ai eu pour lui : « Porto », et là je comprends de quoi il cause .Et en plus l'arrangement est très beau.

 


 


Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Au pestak !
commenter cet article
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 04:43

"Il faut dix ans pour être connu du jour au lendemain". (à propos des chanteurs / chanteuses)

 

(Dominique Grelier, directeur du C. C. Pôle sud à Chartres de Bretagne). 

Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans La phrase du jour
commenter cet article
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 07:03

Le plus beau compliment m'a été fait par un enfant mercredi dernier au théâtre de Vitré : "C'était mieux que la fête foraine". Pour comprendre, il faut savoir que la fête foraine est juste en dessous à 2 minutes : depuis la rue, on entend des lambeaux de musique, on voit le Grand Vertige qui tourne à toute allure au dessus des arbres et en plus le mercredi après midi, il y avait des réductions de 50% sur tous les manèges. Touchant, non ? 

manéges


Repost 0
Published by Gérard DELAHAYE - dans Au pestak !
commenter cet article